Yara
Getty

Voilà pourquoi tout le monde aime Yara Shahidi

par Marie Hettich

19 MAI 2019

Entertainment

L'actrice irano-américaine, âgée de 19 ans, est une idole de la génération Z, notamment grâce à son engagement politique. Portrait.

Aux États-Unis, tout le monde est fou d’elle, Oprah Winfrey comprise. L’année dernière, quand on a demandé à la reine du talk-show qui représentait le meilleur espoir politique de la nouvelle génération selon elle, c’est le nom de Yara qu’elle a cité sans hésiter. Avant d’ajouter: «J’espère que je serai encore là pour la voir devenir présidente des États-Unis. Parce que si c’est ce qu’elle veut, je suis convaincue qu’elle y parviendra.»

Michelle Obama a, elle aussi, été enchantée de sa rencontre avec la jeune femme dans le cadre de «Let Girls Learn», son initiative visant à favoriser la scolarisation des filles. À tel point qu’elle lui a écrit une lettre de recommandation pour l’Université Harvard. D’ailleurs Harvard aussi l’adore! Depuis l’automne dernier, Yara y étudie les sciences sociales et la culture afro-américaine, «pour travailler plus tard en tant que conseillère politique dans un think tank».

Yara Oprah59516
Getty

Oprah Winfrey est une grande fan de Yara Shahidi et la voit déjà à la Maison Blanche.

Mais ce n’est pas tout. La carrière d’actrice de Yara est elle aussi couronnée de succès. Le personnage de Zoey, qu’elle incarne dans la sitcom «Black-ish», est devenu si populaire qu’il a maintenant son propre spin-off, «Grown-ish», avec Yara en premier rôle, bien entendu. La deuxième saison a été diffusée il y a peu sur la chaîne ABC et une troisième vient d’être confirmée. Yara sera en outre à l’affiche du drame amoureux «The Sun Is Also a Star», qui sortira à la mi-mai dans les salles suisses.

59522 instagram yara shahidi
Instagram yarashahidi

Michelle Obama a écrit une lettre de recommandation pour que Yara intègre Harvard.

Être jolie ne suffit plus

Yara Shahidi est donc déjà une superstar, une représentante parfaite de la génération Z: elle est belle, renversante même, mais elle trouve qu’il y a bien trop d’injustices dans le monde pour se contenter de décors de cinéma, de shootings photo et de cérémonies de remises de prix. Elle est éloquente, et c’est de politique qu’elle a envie de parler. Elle veut changer le monde, et on en redemande.

The sun is also a star59523 zvg
DR

«The Sun Is also a Star» dès le 19 juin au cinéma en Suisse romande

Il suffit d’observer l’incroyable popularité dont bénéficie l’activiste environnementale suédoise Greta Thunberg pour comprendre ce qui anime les moins de 25 ans: les nouvelles idoles de la génération Z ont les pieds sur terre. Et elles font bien, car, avec Instagram, être connu et bien habillé n’a plus grand-chose d’extraordinaire. Entre Trump, le mouvement #MeToo et le changement climatique, le monde a plus que jamais besoin de chefs de file et de modèles.

«Je me demande ce que je fais dans ces magnifiques vêtements de créateurs alors que nous vivons une véritable régression politique, que des gens sont expulsés et victimes de discrimination», avouait Yara il y a deux ans lors d’une cérémonie récompensant diverses femmes noires à Hollywood. Avant de poursuivre: «Mais vous tous, ici, m’avez montré ce qu’était le rôle d’un artiste. Celui de bousculer les codes, de les remodeler, de créer quelque chose de nouveau.»

Pour ses 18 ans, elle organise une réunion électorale
Yara
Getty

Yara s'engage pour que les jeunes Américains aillent voter.

Alors Yara crée quelque chose de nouveau. Comme cette fête qu’elle a organisée l’année dernière à Los Angeles pour ses 18 ans, afin de convaincre ses amis de l’importance des élections de mi-mandat en novembre. Pour inciter autant de jeunes que possible à aller voter, elle a créé l’initiative «Eighteen x 18», un site internet présentant des vidéos d’information dans lesquelles elle explique en détail le système politique américain et ce qu’il faut savoir sur le système judiciaire du pays, ou encore sur la législation sur les armes à feu.

Yara2
Getty

La Barbie à l'effigie de Yara porte un T-shirt avec la mention VOTE.

Fille d’une actrice afro-américaine et d’un photographe iranien, Yara expliquait récemment à «Porter Magazine»: «En tant que Noire et Iranienne, j’ai une perspective assez unique, car mes deux parents savent ce qu’est la persécution. La moitié de ma famille figure sur la liste des gens qui ne peuvent pas se rendre aux États-Unis en raison de leur religion, et l’autre sait ce que c’est que d’être Noir dans ce pays.»

59515
Getty

Le père de Yara est Iranien, sa mère Américaine.

Lutter contre les stéréotypes

Lorsque, dans son «Tonight Show», Jimmy Fallon a demandé à Keri, la mère de Yara, avec quelle star elle aimerait que sorte sa fille, celle-ci a répondu: «Quelqu’un qui se préoccupe de l’environnement et de notre climat sociopolitique.» Les convictions de Yara se sont également forgées au fur et à mesure du tournage de «Black-ish», série mettant en scène une famille afro-américaine qui, contrairement aux stéréotypes, fait partie de la classe moyenne supérieure californienne. «J’avais 13  ans quand j’ai signé mon contrat. Depuis, j’ai en permanence été entourée par une équipe qui voulait faire avancer le débat sur le racisme. Chaque épisode déclenchait de nouvelles discussions», a confié Yara à Oprah dans l’émission «SuperSoul Conversations».

Sur le compte Instagram de Yara, actuellement suivi par 3,5 millions de personnes, les selfies côtoient les vidéos en perruque rose et les opinions d’écrivains afro-américains tels qu’Alice Walker ou James Baldwin. Pour sa photo de profil, ce n’est pas une image d’elle-même que Yara a choisie, mais bien de Barack Obama.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère