063 843901872
Getty

Une seule nuance de noir chez «Vogue»

par Valentina San Martin

1 MAI 2019

Fashion

Trop peu de modèles à peau foncée font les couvertures du célèbre magazine. C’est ce que dénonce The Pudding, agence américaine de journalisme de données.

The Pudding a examiné les couvertures de «Vogue» des dix-neuf dernières années afin de montrer à quel point la diversité fait encore défaut, même dans le plus prestigieux magazine de mode du monde.

La personnalité la plus foncée qui a posé en couverture du magazine n’est autre que l’actrice Lupita Nyong’o. Elle est apparue quatre fois en Une durant ces quatre dernières années, représentant à elle seule la femme la plus noire parmi tous les modèles.

Les résultats publiés le mois dernier montrent comment les médias perpétuent le concept du colorisme, soit l’idée que les carnations claires sont plus belles.

En effet, l’étude démontre que parmi les 228 numéros de «Vogue» sur une période de 19 ans, 262 présentaient des femmes en couverture qui, pour la plupart, avaient la peau pâle.

Une seule nuance de noir pour sept de blanc

Les données ont montré que le mensuel avait fait preuve de plus de diversité au cours des deux dernières décennies. Mais la seule raison pour laquelle l’échelle semble s’être élargie, c’est parce que Lupita représente à elle seule la personne la plus foncée. Ce qui donne l’impression que le panel de peaux noires a augmenté alors qu’en réalité, ce n’est pas le cas. Il n’y a, en fait, qu’une seule personne qui s’avère être vraiment foncée. Tous les autres modèles noirs ont la peau plutôt claire. Le spectre des peaux blanches en revanche, est plus étendu. En effet, il y a en tout et pour tout sept femmes blanches aux carnations très claires en couverture, telles que Jessica Chastain, Amy Adams, Claire Foy et Anne Hathaway.

Les données de Pudding indique qu’au début des recherches, en 2000, «Vogue» choisissait des personnalités noires telles que Halle Berry et Marion Jones certes, qui n'ont pas la peau très foncée.

Éclaircir les modèles noires

Quand bien même le magazine a évolué en ce qui concerne le manque de diversité, il s'est néanmoins également développé en termes de photographie, d’éclairage ou de marketing, grâce à une technologie de pointe. Ce qui, au final, n’a pas changé grand-chose au problème. On a certes fait appel à des modèles noirs, mais au final on a éclairci leur carnation (surexposition, retouche numérique).

Une lueur d'espoir. En analysant les couv’ de Rihanna entre 2012 et 2018, il semble que sa peau ait passé du clair au foncé. Ce qui pourrait être dû à un changement d'attitude concernant le colorisme.

Rihanna Vogue
The Pudding
Manque d'employés noirs

Le manque de photographes noirs mandatés par «Vogue» a également été discuté, sachant que le magazine n'en a eu qu'un seul jusqu'à aujourd'hui. Tyler Mitchell a immortalisé Beyoncé l'année dernière. Âgé de 23 ans, il a d'ailleurs été félicité pour avoir été le premier artiste noir à s’occuper d’un shooting pour «Vogue», et ce en 126 ans d’existence du magazine.

Actuellement, c’est Edward Eninful, un styliste noir qui à la tête de la version britannique. Cela impliquerait-il des changements pour plus d’inclusivité? À voir...

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère