Sans titre 8
iStock

Un restaurant vend des steaks plus petits pour les femmes

par Marie-Adèle Copin

12 FÉVRIER 2020

Life

Le Manhattan Bar and Grill à Liverpool est taxé de sexisme pour proposer des pièces de viande de tailles différentes aux hommes et aux femmes. Cette polémique rappelle que pour certains, la viande reste un symbole de domination masculine.

Tu as faim et tu adores la viande? Oui, mais tu es une fille… Donc c’est un steak de 225 grammes qu’il te faut. Ce mets est vendu au Manhattan Bar and Grill, un restaurant à Liverpool, en Angleterre et il fait polémique car il porte le nom de «ladies steak» (steak pour les dames).

Il a été repéré par la blogueuse spécialisée dans la gastronomie de la ville, Vicky M Andres. Elle a posté l’information sur Twitter qui a ensuite été relayée par le critique culinaire Jay Rayner avant d’être reprise par la presse britannique.

Le plat a suscité de vives réactions sur le réseau social. Les internautes se disent exaspérés par ce type d'initiative qui suppose que femmes seraient incapables de manger un gros steak et que les hommes ne commanderaient jamais une plus petite portion.

L’analyste politique canadien Kent Buse dénonce un problème de sexisme: «Cela rappelle tristement le #LadiesMenu... Vous savez, ceux sans prix indiqués parce que les hommes contrôlent l’argent. #EverdaySexism il faut juste que cela s’arrête, y compris au Manhattan Bar and Grill ... Mais l’idée d’un steak plus petit est bonne pour les gens et la planète», affirme-t-il en postant sur son compte Twitter la publication de Vicky M Andrews.

Interrogé par le «Telegraph», Karl Hassan, directeur du restaurant, assure que le plat a été bien accueilli par ses clients. «Nous avons beaucoup d’enterrements de vie de jeune fille et de clientes, et nous avons reçu d’innombrables plaintes selon lesquelles nos steaks étaient beaucoup trop gros. Nous avons donc demandé à notre fournisseur de nous envoyer des pièces plus petites à la place.»

Le «ladies steak» n’est pas un cas isolé comme le rappelle le Huffpost. La journaliste Nora Bouazzouni a donné plusieurs exemples de sexisme à table dans un livre publié en 2017. Dans «Faiminisme – Quand le sexisme passe à table», l’auteure décortique les inégalités présentes autour du thème de la nourriture, les croyances populaires qui ont la dent dure, comme le fait que c'est à l'homme de choisir le vin ou c'est à l'homme de payer l'addition. Elle s’est tout particulièrement intéressée aux liens entre la viande et la domination. Selon elle, sa consommation a toujours été synonyme de pouvoir.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère