2019 09 20
fotografierende / pexels.com

Le soft ghosting est le nouveau «ça va couper, j’entre dans un tunnel»

par Margaux Habert

23 SEPTEMBRE 2019

Life

«Encore un nouveau terme», tu te dis. Oui, c’est même un mode de ghosting encore plus pervers. Si tu en as été victime ce week-end, assieds-toi, nous allons tâcher de t’expliquer ce que cela signifie.

Permets-moi d’éclairer ta lanterne: le soft ghosting, même si c’est vieux comme le monde (genre 2014), c’est quand même nouveau. En tout cas, l’expression existe dans l’Urban Dictionnary depuis le 13 septembre 2019. Vendredi 13. Ça ne s’invente pas.

Grosso modo, plutôt que de te faire ghoster en bonne et due forme par ton crush avec un message qui ne trouvera jamais de réponse, telle une bouteille à la mer, le soft ghosting est une réponse. Brève. Vague. Affreuse.

C’est quand, au lieu de ne pas te répondre du tout, ton crush te répond par un emoji ou qu’il like ton dernier message, sans relancer. Et là, c’est le drame. Car tu as deux possibilités après avoir été victime de soft ghosting. Tu peux soit t’asseoir dans le noir en écoutant du Adele et tirer un trait sur la personne (que tu n’intéresses manifestement pas plus que ça et, crois-moi, ça pique mon petit cœur de faire cet amer constat). Soit entrer dans une catégorie sombre d’autoflagellation: celle du double texting.

«Mais qu’est-ce donc encore que cette insanité de mot?», te dis-tu, excédée. C’est le fait de réécrire un message alors que la personne déjà t’a soft ghostée avec un affreux emoji ou un horrible like. Elle t’a signifié que c’était fini. En relançant cette conversation déjà morte lors de la précédente interaction, c’est comme si tu te jetais dans le lac après t’être déjà pris un arbre dessus. Stop.

La douce variante du «suis occupé, te rappelle après»

N’ayant peur de rien (ou conscience de rien), tu as quand même pratiqué le double texting après avoir été soft ghostée. Malheureuse! Tu as cru qu’en insistant rien qu’un tout petit peu, tu allais pouvoir déverrouiller la situation, forcer l’adversaire à descendre de sa tour d’ivoire de non-réponse. Mais sache que tu ne peux pas sortir vainqueur de cette bataille. Car le soft ghosteur n’est pas une suave abeille qui va te piquer une seule fois. Le soft ghosteur est une guêpe, qui t’a piquée une fois et peut recommencer si tu la titilles. Mais je m'égare.

Tu as donc relancé la conversation et tu obtiens finalement une réponse (après que ton dernier message a été lu il y a six heures). «Je suis hyper occupé, là, je t’écris plus tard.» Et plus tard devient des heures, des jours, des années, jusqu’à ce que la mort vous sépare encore un peu plus que le néant qui s’était déjà bien chargé de construire un mur sans fenêtre entre vous.

Pire encore: après cette énième baffe, tu constates en montant le volume d’Adele que ton camarade, soit-disant si occupé, reste en ligne. Et comme si t’arracher les entrailles ne suffisait pas, ne voilà-t-il pas qu’il s’en fait un oreiller en postant des photos. Ton cœur saigne et Adele hurle.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère