Animated GIF downsized large copie
iStock

Savoir à quel savon se vouer

par Emmanuel Coissy

25 MARS 2020

Beauty

Se laver les mains est un geste hygiénique essentiel. Il existe toute une variété de savons solides dont les spécificités sont souvent méconnues. Voici comment choisir le produit le mieux adapté à sa peau.

Le savon d’Alep
Alep
iStock

Il est considéré comme le plus ancien du monde. Sa création remonterait à plus de 3500 ans. Comme son nom l’indique, il vient d’Alep. Actuellement, on parle beaucoup de cette ville syrienne à cause de la guerre. Sa fabrication est devenue compliquée à cause du conflit. Les savonneries locales continuent pourtant sa production. Depuis 2014, une appellation d’origine protégée a été instaurée pour certifier sa provenance.

Les ingrédients principaux sont l’huile d’olive seconde pression, l’huile de baie de laurier (dix fois plus chère que la précédente) et la soude naturelle. Il est cuit au chaudron pendant cinq jours et sèche durant neuf mois. Il est caractérisé par une enveloppe beige et un cœur vert. C’est un savon surgras (voir la définition plus bas).

Le savon de Marseille
Marseille
iStock

C’est le plus connu sous nos latitudes. Il est dérivé du savon d’Alep. Son origine remonte au XIVe siècle. Il a été conçu dans la région de Marseille, d’où son nom. Il n’y a pas d’appellation d’origine protégée donc il peut être fait n’importe où. Ce terme définit la procédé de fabrication, plus exactement une teneur minimale en acides gras.

Traditionnellement, il est 100% végétal non parfumé. Pourtant certains produits contiennent des graisses animales (suif, saindoux) et du parfum: il faut donc lire la composition. Celui qui est issu des savonneries artisanales du Midi de la France est cubique ou en forme de pain, de couleur beige-vert ou blanc et ne contient pas plus de six ingrédients naturels, dont l’huile d’olive.

Le savon au lait
Lait
iStock

Il évoque l’enfance et sent bon le bébé. Il est généralement blanc et enrichi en lait de chèvre ou d’ânesse. Il est parfumé (molécules de synthèse) avec une fragrance poudrée. La production est majoritairement industrielle et parfois artisanale. Quoique… Même les créations provenant de petites entreprises contiennent généralement du sodium palmate ou du tallowate de sodium (graisse bovine). C’est-à-dire que le savon est fabriqué à partir d’un bondillon, une pâte issue du mélange d’huile bon marché (palme ou coprah) et d’hydroxyde de sodium. Cette réaction chimique génère de la glycérine. Il faut donc lire la composition. C’est un produit industriel efficace, mais dont la qualité est variable.

Le savon surgras
Surgras
iStock

Il est réalisé selon la même recette que le savon classique, mais il est enrichi en agents nutritifs surgraissants (huile d’amande douce, beurre de karité, beurre de cacao, huile de coco), ce qui lui permet de nettoyer la peau sans la dessécher. Sa fabrication est industrielle ou artisanale. Dans ce cas-là, on recourt à un processus traditionnel de saponification à froid qui est écologique. Cela produit des savons très hydratants au contraire des procédés industriels où le savon est chauffé à haute température. Ainsi on conserve la glycérine végétale naturelle issue de la saponification.

Le pain dermatologique
Pain
iStock

On l’appelle aussi syndet (savon synthétique). Il est fabriqué avec des tensioactifs synthétiques ultradoux et une base grasse. Exempt de soude, il présente un pH très proche de celui de la peau. Il est recommandé au quotidien pour les peaux sensibles ou fragilisées.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère