Dominik waser friday
DR

Il a arrêté ses études pour sauver des légumes

par Gloria Karthan

4 SEPTEMBRE 2019

Food & Home

Avec son association Grassrooted, le Zurichois Dominik Waser, 21 ans, a sauvé l'an dernier 120 tonnes de fruits et légumes de l'usine de biogaz. Il raconte pourquoi il s'est donné cette mission et ce qu'elle lui apporte.

«Je n’ai pas été élevé dans le culte de l’écologie et le monde agricole ne représentait rien de particulier pour moi. Les petits Suisses grandissent dans un pays où tout est disponible en permanence. Forcément, on se retrouve avec des excédents. Mais je trouve injuste de dire que c’est la faute des vieux. J’aimerais simplement que la génération de mes parents nous soutienne davantage et qu’elle comprenne que, si nous sommes en colère, c’est parce que nous payons aujourd’hui le prix de cette surabondance.

Études d'ingénieur remises à plus tard

Je voulais être ingénieur en environnement. L’idée de Grassrooted a germé pendant mes études. Notre association est en contact avec des agriculteurs auxquels nous achetons leur excédent pour le vendre. Au début de notre activité, on a réussi à écouler 30 tonnes de tomates: toute la presse en a parlé. Du coup, on a reçu des demandes de producteurs qui avaient sur les bras des tonnes de carottes ou de patates douces.

Grassrooted2 friday magazine
Karla Hiraldo Voleau

En Suisse, 45% du gaspillage alimentaire est imputable aux ménages.

J’ai interrompu mes études, et je ne regrette pas ma décision. Je n’ai que 21 ans, donc je pourrai toujours m’y remettre plus tard. J’ai sans doute plus appris sur le système agricole en un an que si j’avais suivi tous les cours du cursus.

Personne n’aime jeter de la nourriture, mais 45% du gaspillage alimentaire en Suisse est imputable aux ménages. L’agriculture et l’industrie détruisent tout autant, mais personne n’en parle.

Comment se fait-il que, pour fabriquer une confiture bio, par exemple, on importe des betteraves de Hongrie alors que les paysans suisses en jettent chaque année des centaines de tonnes? Consommateurs, producteurs et grands distributeurs se rejettent mutuellement la faute au lieu de chercher ensemble des solutions.

Grassrooted1 friday magazine
Karla Hiraldo Voleau

Grassrooted achète des invendus aux paysans bios de la région et les écoule au kilo ou en paniers disponibles par abonnement.

C’est là que Grassrooted intervient: nous faisons le lien entre producteurs et consommateurs en même temps que nous sensibilisons l’opinion au problème du gaspillage. Nous achetons des invendus aux paysans bios de la région et nous les écoulons au kilo ou en paniers disponibles par abonnement.

Une quinzaine d'heures de travail par jour

Je ne passe pas mon temps à confectionner des caisses de légumes. Je consacre une grande partie de mes journées à l’organisation. En ce moment, je dors très peu. À côté de Grassrooted, je suis engagé dans la grève pour le climat. Et je suis candidat au Conseil national parce qu’à mon sens les institutions à Berne ont besoin de plus de jeunes. Je travaille une quinzaine d’heures par jour, sept jours sur sept. C’est dû au fait que je ne sais pas dire non. Sur des sujets pareils, c’est bien normal: ils sont trop importants.

Plus d'infos sur: grassrooted.ch

Retrouve d'autres articles consacrés au développement durable sur cette page.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère