Enterrement glacier suisse pizol friday magazine
AFP

Le réchauffement climatique a d’étonnantes conséquences à travers le monde

par Margaux Habert

24 OCTOBRE 2019

Life

Le Qatar climatise ses rues, la Suède produit du vin et la Suisse et l’Islande enterrent leurs glaciers. Tour d’horizon des conséquences bizarres du réchauffement climatique.

L’Antarctique et ses glaces fondent à une vitesse alarmante. Rien de particulièrement réjouissant, mais rien d’étonnant non plus quand on s’intéresse à la cause du climat. En revanche, ce qui l’est davantage, ce sont les conséquences parfois absurdes d’une région à l’autre. En voici quelques exemples.

Le Qatar allume la climatisation

En marge de la Coupe du monde 2022, le Qatar installe des climatiseurs partout: dans les stades, mais aussi sur les marchés et même les trottoirs. «C’est une question de survie», explique Yousef al-Horr, fondateur de l’Organisation du Golfe pour la recherche et le développement, au «Washington Post».

Depuis la période préindustrielle, la monarchie a vu ses températures augmenter de plus de 2 degrés. Aujourd’hui, 60% de l'électricité consommée par l'émirat sert à faire tourner les climatiseurs qataris… qui eux-mêmes participent au réchauffement climatique.

La Suède produit du vin

Le réchauffement climatique redistribue les cartes aussi sur le plan viticole dans des pays où le climat nordique n’y était pas favorable jusque-là. En Suède, ils sont 250 viticulteurs à s’être lancés dans l’aventure. Pour Peter Warfvinge, un employé agricole, s’exprimant au micro de la RTS, son pays est désormais idéal pour cultiver la vigne.

Vignoble en Suede Friday magazine
AFP

Les vignobles fleurissent dans le sud de la Suède.

Selon «La Revue du vin de France», d’autres parties du globe peuvent ainsi tirer profit du réchauffement climatique et planter des vignes. C’est le cas du Danemark, du sud du Chili, de l’Angleterre, ou encore de certaines régions de Nouvelle-Zélande et du Canada.

Une lutte en peinture

En Californie, la ville très colorée de Los Angeles voit ses routes et avenues repeintes en gris. Ce revêtement permet, selon le «Los Angeles Times», de faire baisser la température de 5 degrés. Une bonne nouvelle pour le Golden State: chaque année, il lutte contre de violents incendies qui font encore grimper les températures.

En Suisse aussi, la peinture vient en aide aux rails déformés par la chaleur. Les CFF ont effectué cet été des essais à Soleure avec deux sortes de peinture blanche. La méthode est déjà employée en Italie, en Autriche et dans les Grisons avec les chemins de fer rhétiques. L’extension de cette technique pourrait concerner 7000 km de voies ferrées dès 2020. Mais avant de se décider, l’ex-régie fédérale va continuer de refroidir les rails… avec de l’eau.

Lausanne verdit ses toits

À Lausanne, la lutte s’organise sur les immeubles. La ville encourage les régies et les propriétaires de recourir aux toits végétalisés, qui permettent de faire baisser la température de 2 degrés selon le service des parcs et domaines. Ces sortes de prairies en hauteur jouent également un rôle dans la préservation de la biodiversité et dans la rétention d’eau en cas d’orage.

Parallèlement, la forêt du Flon a eu chaud. Elle devait être rasée pour accueillir une rampe pour voitures et compenser la fermeture d’une route du quartier au profit du tram. Le dossier est toujours entre les mains de la justice, mais les autorités ont abandonné l’idée de raser la forêt. Le sujet faisait débat depuis des années, porté par la vive opposition de Toto Morand, patron de magasins de chaussures au Flon.

Foret du Flon Lausanne Friday Magazine
Y. Genevay/LMD

La forêt du Flon, à Lausanne, est située sur les côtes de Montbenon.

Des funérailles dans les montagnes

En septembre, une marche funèbre a été organisée par des ONG pour commémorer la disparition du Pizol dans la vallée st-galloise du Rhin (photo en tête d'article). Selon Matthias Huss, glaciologue à l’EPFZ, 500 glaciers suisses ont fondu depuis 1850. Une initiative pour sauver les glaciers a été lancée en mai dernier, signée par plus de 126'000 personnes. Avant la Suisse, l’Islande aussi a dit adieu à l’un de ses glaciers cet été. L’Okjökull a même eu droit à une plaque de bronze pour alerter l’opinion.

Mais si le sort des glaciers inquiète en Suisse et en Islande, le sujet a l’air moins émotionnel en Autriche. Des clichés pris fin août sur le glacier du Pitztal par le WWF montrent des pelleteuses à l’œuvre. Selon la station de ski, ces travaux ont lieu chaque année pour combler les crevasses et façonner les pentes.

WWF Vincent Sufiyan glaciers Austriche friday magazine
WWF / Vincent Sufiyan

Les pelleteuses en action sur le glacier du Pitztal en Autriche.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère