Istock 953855030
iStock

Une femme sur dix a eu un premier rapport sexuel non consenti

par Eva Grau

11 NOVEMBRE 2018

Health

Une récente étude menée par l’Agence Santé Publique France révèle que seules 10% des femmes entament une vie sexuelle active pour faire plaisir à leur partenaire et non parce qu’elles en ont envie. Une campagne de prévention sur le consentement a été lancée sur internet.

Elles ont entre 18 et 29 ans et s’appellent Adèle, Maria ou encore Georgia. Leur point commun: elles ont eu leurs premières relations sexuelles alors qu’elles n’en avaient pas envie. Comme elles, une femme sur dix confie que sa première fois a été acceptée mais pas vraiment souhaitée, révèle un récent sondage de l’Agence Santé Publique France. Et près d’une sur vingt affirme avoir été forcée lors de ce premier rapport.

Chez les jeunes hommes aussi, la notion de consentement n’est pas non plus totalement acquise. Ainsi, 6,9% des sondés estiment avoir accepté mais pas vraiment souhaité leur premier rapport et 0,3% considèrent avoir été forcés.

Ok, ce n'est pas toujours Ok

Ces résultats confirment ce que les mouvements #balancetonporc et #metoo avaient déjà mis sur la place publique: à l’aube du XXIe siècle, la question du consentement n’est toujours pas une évidence. A la lumière de ce constat, l’agence française a lancé une campagne d’information. Baptisée «Ok, pas Ok», cette série de podcasts a été réalisée par Delphine Dhilly, qui avait déjà signé le documentaire «Sexe sans consentement», diffusé sur France 2 en mars dernier.

Disponibles sur YouTube mais aussi sur le site onsexprime.fr, ces cinq épisodes donnent la parole à de jeunes femmes mais aussi un jeune homme, issus d’horizons différents, qui racontent de leur première fois. Si tous les témoignages ne sont pas négatifs, l’objectif de la campagne est clair: faire en sorte que le consentement affirmé soit la norme et ce, dès le début de la vie sexuelle active. D’ailleurs, chacun des podcasts se termine par ce message: «Dire ce qu’on ressent, changer d’avis, dire oui: dans le sexe, on n’a pas toujours envie de parler ou d’écouter, mais c’est indispensable pour que ce soit vraiment ok».

En Suisse, une étude similaire a été menée en 2017 sur plus de 7142 jeunes âgés de 24 à 26 ans. Selon l’enquête nationale sur la santé et les comportements sexuels des jeunes adultes en Suisse, réalisée sous la responsabilité de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive du CHUV et avec la collaboration de l’Hôpital universitaire de Zurich, 53% des femmes affirment avoir déjà accepté une expérience sexuelle sans vraiment le désirer, contre 23% des hommes. Comme première raison, elles indiquent l’avoir fait pour garder une bonne relation avec leur partenaire. L’étude ne précisait toutefois pas s’il s’agissait du premier rapport sexuel.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère