I Stock 629558100
iStock

Tes poils sous les bras sont ton climatiseur intégré

par Eva Grau

26 JUILLET 2019

Life

L’épisode de canicule arrive à sa fin, mais les experts annoncent déjà que ce ne sera pas le dernier de l’été. Il n’est pas trop tard pour adopter un (bon) plan anti-canicule en mettant ton rasoir au rancart.

On connaît la chanson. Quand le printemps passe, les poils trépassent. Comme la plupart des femmes, dès qu’il fait assez chaud pour découvrir tes bras, tu t’empresses de t’épiler pour avoir des aisselles glabres. D’abord, parce que (on va pas se mentir) c’est plus esthétique. Ensuite parce qu’une peau imberbe limite sacrément les odeurs corporelles. Sauf qu’en période de canicule, se débarrasser de ses poils c’est aussi renoncer à un excellent moyen d’avoir moins chaud.

Une des fonctions premières de la pilosité, c’est la régulation de la température corporelle. Lorsqu’il fait (trop) chaud, elle retient la sueur à la surface de la peau. Ainsi, l’organisme se rafraîchit mais aussi évite de se déshydrater. À l’inverse, en hiver, elle emprisonne la chaleur du corps et empêche cette dernière de s’évaporer trop vite.

Barrière contre les IST

Mais les poils ne sont pas qu’un barrage contre la chaleur. Comme les poils de nez qui retiennent les impuretés lors de la respiration ou les cils qui protègent les yeux, les poils pubiens préservent des infections sexuellement transmissibles (IST) et autres joyeusetés qui pullulent dans la mer, le sable ou l’eau de piscine, rappelle le «HuffPost».

«Les poils sont une barrière. Les retirer facilite la pénétration des infections, explique le gynécologue français Jean-Marc Bohbot à FranceInfo. Chez les femmes épilées, le risque d’attraper une IST comme l’herpès, la syphilis ou des condylomes est multiplié par 2,6. Même pour des infections qui n’ont pas de rapport avec la peau, comme les chlamydias, le risque est multiplié par 1,7.»

Sentir, c'est séduire

Toujours pas prête à affronter la troisième vague de canicule estivale qu’annoncent les météorologues en mode yéti? Voici un argument qui devrait finir de te convaincre: les poils, particulièrement ceux du pubis mais aussi des aisselles, permettent de diffuser des phéromones, ces substances chimiques inodores qui participent notamment, selon les spécialistes, au processus de séduction et permettent d’attirer un(e) partenaire. Alors, on le vire, ce rasoir?

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère