DSC 0830copie
Jérémy Rico / Elem

On aime Elem

par Emmanuel Coissy

27 JUIN 2019

Fashion

Le label fribourgeois a présenté sa troisième collection, baptisée La Fleur. Il s’agit d’une série de T-shirts «écologiques, responsables et non genrés».

Léa Rigolet et Megane Panchaud sont les fondatrices d’Elem. Cette jeune marque fribourgeoise vient de présenter sa troisième collection, baptisée La Fleur. C’est une ligne de T-shirts sur lesquels une fleur a été brodée. Simple, élégante, cette broderie est une métaphore du processus créatif des deux stylistes: «Un trait de broderie bleu, vert ou blanc, qui monte de la tige, se désordonne, s’emmêle, pour former des pétales. La preuve qu'une pensée désordonnée, sinueuse, peut fleurir», racontent-elles.

DSC 0516 copie
Jérémy Rico / Elem

Les T-shirts d’Elem s’inscrivent dans le trend actuel. Ils sont écolos parce qu’on les a puisés dans le stock d’invendus de la marque Switcher qui a fait faillite en 2016. «Pourquoi polluer en fabriquant de nouveaux vêtements lorsque ceux-ci existent déjà?», estiment Léa et Megane. «Nos vêtements sont responsables. C’est-à-dire qu’ils contribuent à l’intégration socioprofessionnelle de personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion professionnelle et sociale.» Le coton est brodé aux Établissements publics pour l’intégration à Genève.

DSC 0449
Jérémy Rico / Elem

Les modèles sont non genrés. Les créatrices disent avoir dépassé «le clivage masculin-féminin». «La coupe très droite met en valeur toutes les silhouettes. Les motifs délicats peuvent être portés par tous et toutes. Il n’y a aucune raison de faire de différence entre les genres. Alors nous n'en faisons pas.»

DSC 0400 1
Jérémy Rico / Elem
On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère