045 Is09B9O1P
AFP

«Noël m'a volé mon anniversaire»

par Emmanuel Coissy

25 DÉCEMBRE 2018

Témoignage

Nigel, étudiant genevois, fête ses 27 ans aujourd'hui. Il nous raconte la difficulté d'avoir à mêler chaque année ces deux fêtes.

«Quand j'étais petit, une année ma mère a acheté une bûche à la place d'un gâteau. Ça m'a vexé, parce qu'après tout, c'était mon anniversaire. Alors pourquoi fallait-il me rappeler que c'était aussi Noël?

» Je n'aime pas Noël. Peut-être parce que je suis né un 25 décembre et que je l'associe à des expériences malheureuses. Je recevais parfois deux cadeaux, mais le plus souvent je n'en avais qu'un seul, un gros.

» Autrement, l'aspect le plus désagréable, c'est qu'il est quasiment impossible de partager ce moment avec mes amis. C'était évidemment déjà le cas quand j'étais petit et ça l'est encore aujourd'hui. Tout le monde est pris, tout le monde est en famille. Et puis le jour J les gens t'oublient parce qu'ils ont autre chose à faire, c'est bien compréhensible. N'empêche que, durant cette journée, je me sens généralement assez seul.

» Le pire, c'est que presque tout est fermé. Tu ne peux rien faire. Il y a deux dates comme ça dans l'année: le 1er août et le 25 décembre. Je ne vais tout de même pas aller à l'aéroport de Genève pour trouver un lieu animé! Une fois, je me suis même retrouvé seul dans un McDonald's. L'angoisse!

» Mon anniversaire passe à la trappe et cela se concrétise même sous forme de petits détails dont les gens n'ont pas conscience. Par exemple, quand quelqu'un me dit «Bon anniversaire!», après l'avoir remercié, je me sens obligé de lui répondre «Joyeux Noël!», alors que, dans le fond, j'aimerais être le seul à qui l'on souhaite quelque chose ce jour-là. Je pourrais bien sûr organiser une fête à une autre moment de l'année. En été, pourquoi pas... Mais je trouve que ça n'aurait aucun sens. Je suis né à Noël et je dois l'accepter.

» Néanmoins, depuis cinq ans, il y a une chose qui a changé. Le Motel Campo, une boîte electro genevoise, organise une soirée durant la nuit du 24 au 25 décembre. Chaque année, le monde s'y presse et l'ambiance est excellente. J'y retrouve des amis, des gens heureux de s'amuser pour oublier leurs dîners en famille. Là, pendant les six premières heures du matin, je fais la fête. Auparavant, je subissais Noël comme le vol de mon anniversaire. Maintenant, grâce au Motel Campo, j'éprouve enfin du plaisir.»

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère