Warteck1
Emmanuel Coissy

Mes adresses préférées pour une escapade à Bâle

par Emmanuel Coissy

12 JANVIER 2019

Food & Home

La cité rhénane est un carrefour de la culture européenne. Emmanuel est amoureux de l’esprit qui l’anime en hiver. Il t’y emmène.

De Bâle, je connais surtout l’effervescence d’Art Basel qui, en juin, annonce l’été. A ce moment-là, les rives du Rhin, tout comme les terrasses, sont bondées. On croise une population internationale, composée de fêtards et de m’as-tu-vu. C’est sans doute le visage le mieux connu de la troisième ville la plus peuplée de Suisse. Ce n’est pourtant pas celui que je préfère.

En hiver, l’ambiance est toute différente. Les rues, où tanguent quelques flocons de neige, sont fantomatiques. Le ciel, lui, reste dissimulé par le stratus. C’est follement poétique. J’aime contempler ce spectacle à travers les fenêtres d’un bistrot où j’ai mes habitudes. Si possible en buvant un verre de vin blanc.

Campus der Künste
Biblio
Emmanuel Coissy

On lit des magazines et on admire toute la ville depuis la bibliothèque perchée au 8e étage.

A cinq arrêts de tram de la gare centrale, on se retrouve à Bâle-Campagne, plus exactement au Campus der Künste (Campus des arts). Il réunit la Haute école d’art et de design et des lieux d’exposition. J’aime me mêler aux étudiants dans l’un des cafés ou, mieux, à la bibliothèque. Celle-ci se trouve au 8e étage d’une tour d’où l’on observe toute la région. C’est un lieu parfait pour lire des magazines.

Freilager-Platz 1, Münchenstein

Diptyque
Diptyque
Diptyque

Archétype du parfumeur parisien, Diptyque vient d’ouvrir, dans le centre-ville de Bâle, sa première boutique en Suisse. C’est un écrin dont le décor mêle les références à l’ADN maison et à la ville qui l’abrite (des cloches, du bois foncé). Il y a aussi une photo représentant une forêt émergeant du brouillard qui colle bien à l’esprit de Bâle en hiver. On vient ici pour humer les fragrances et les bougies parfumées ou tester certains produits disponibles uniquement dans les boutiques de la marque.

Pfluggässlein 5

Zum Goldenen Fass

Le restaurant vient de fêter ses 10 ans. Au-delà de son allure classique, Zum Goldenen Fass (Au baril d’or) défend un engagement: tout ce qui est dans l’assiette est régional. En hiver, on déguste des légumes racines et des salades du potager. La dernière fois que je m’y suis rendu, j’ai craqué pour des côtelettes d’agneau provenant d’une ferme bernoise.

Hammerstrasse 108

Warteck
Wartek 3
Emmanuel Coissy

Durant Art Basel, l’ancienne brasserie Warteck accueille Liste, une foire du off. Le reste de l’année, cette friche industrielle abrite des ateliers d’artistes, un restaurant et un café au sommet de l’édifice. On y accède par l’escalier extérieur ou par l’ascenseur qui arrive directement dans la salle. J’aime son côté alternatif, ses vins et sa cuisine sans chichis.

Burgweg 7-15

Au Violon
Au Violon2
Emmanuel Coissy

Cet hôtel est implanté dans une ancienne prison située en plein centre-ville. Les vingt chambres ont été aménagées dans les cellules ou le bureau des gardiens. La première fonction de l’immeuble est encore suggérée par le volume des pièces, mais à l’intérieur rien ne laisse soupçonner ce passé. Au Violon est très confortable sans être cossu. L’atmosphère est agréable et au rez-de-chaussée, il y a une brasserie où la cuisine est exquise.

Im Lohnhof 4

Café Elisabethen
Elisabethen
Emmanuel Coissy

Le café se trouve dans l'église Sainte-Elisabeth. Une salle est planquée à l'étage.

Il faut pousser la lourde porte de l’église Saint-Elisabeth pour tomber sur ce petit café. Il s'appelle Café Elisabethen. J’y vais parfois pour prendre le thé, servi avec du sucre candy. Mon coin favori: le canapé de la salle du premier étage, illuminée par des vitraux. C’est le lieu idéal pour lire un bouquin ou donner rendez-vous à un ami. Il y a quelque chose de mystérieux entre ces quatre murs qui invitent au chuchotement, au recueillement ou à fomenter un complot.

Elisabethenstrasse 14

Kunstmuseum
Neubau 1
Emmanuel Coissy

Le nouvel espace d'exposition, appelé Neubau, a été inauguré en avril 2016.

L’activité culturelle bâloise est des plus dynamiques. En marge de la Fondation Beyeler (un véritable bijou), la cité dispose de nombreux lieux d’exposition moins connus mais qui valent le détour. Le nouveau bâtiment du Kunstmuseum, nommé Neubau, mérite une visite rien que pour son architecture monumentale. Paradoxe: l’édifice prend une telle importance que les œuvres passent presque au second plan.

St. Alban-Graben 16

Sauna am Rhy
Sauna1
DR

La baignade estivale dans le Rhin est un grand classique bâlois. En hiver, les téméraires peuvent affronter le courant à leurs risques et périls. Pour ma part, je préfère aller à Sauna am Rhy qui surplombe le fleuve. On transpire dans une baraque chauffée à 90° puis on va se reposer dans une yourte où crépite un feu. Le jeudi après-midi, l’espace est réservé aux femmes.

St. Alban Rheinweg 195

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère