Maladie mentale friday job

Manquer le boulot quand ça ne va pas psychiquement, c’est permis?

par Stephanie Vinzens

24 SEPTEMBRE 2019

Health

Tu sens tellement mal psychologiquement que tu n’aspires qu’à une chose, t’effondrer à la maison. Mais peux-tu te faire porter pâle dans ce genre de cas? Nous avons demandé son avis à une experte.

Quand tu as l’estomac tout retourné ou que tu as attrapé la grippe, le cas est clair: au travail, tu dis que tu as la tête qui tourne et tu rentres en rampant à la maison. Mais qu’en est-il lorsque c’est ta santé mentale qui va mal?

Comme le confirment les statistiques des assureurs suisses, les arrêts de travail pour maladie mentale sont en augmentation constante. L'année dernière, par exemple, l’assurance maladie Swica a annoncé que le nombre de certificats médicaux délivrés pour maladie psychologique avaient augmenté de 35% en cinq ans.

Selon les psychologues du travail, cette augmentation s’explique aussi par le fait que nous sommes aujourd’hui plus ouverts aux maladies mentales et que les médecins y sont plus sensibles. Mais dans quelle mesure notre employeur devrait-il savoir que nous souffrons psychiquement? Nous avons demandé l'avis de Christine Michel, secrétaire à la protection de la santé auprès du syndicat Unia.

Puis-je me faire porter pâle si je suis en bonne santé physique mais que je traverse une crise personnelle?

Les crises et le mécontentement font partie de la vie. Le facteur décisif est de savoir si quelqu'un est réellement malade et donc incapable de travailler. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il est juste de rester à la maison. Le travail peut aussi avoir une fonction stabilisatrice si la raison de la maladie n'est pas le travail.

Cependant, il est difficile de juger par soi-même si l'on doit rester à la maison en cas de souffrance psychologique.

Si vous n'êtes pas sûre, ça vaut la peine de consulter un médecin. Celui-ci peut juger si un temps d'arrêt court ou long vous est nécessaire pour vous rétablir. La maladie mentale doit tout autant être traitée que la maladie physique.

Christine Michel

Secrétaire à la protection de la santé auprès du syndicat Unia.

Pour l'employeur, il est important de savoir si la personne est en incapacité de travail totale ou partielle et jusqu'à quel point cette incapacité de travail est susceptible de durer.

Dois-je dire à mes supérieurs la raison de mon arrêt maladie?

Non, vous n'êtes pas obligée de le faire. Pour l'employeur, il est important de savoir si la personne est en incapacité de travail totale ou partielle et jusqu'à quel point cette incapacité de travail est susceptible de durer.

Et si une maladie mentale est diagnostiquée?

Même dans ce cas, votre employeur ne doit pas forcément en être informé. Toutefois, si des ajustements dans l'organisation de votre travail sont nécessaires, il est conseillé de le faire. La question de savoir si vous souhaitez informer l'entreprise à ce sujet dépend toutefois beaucoup de l’ambiance de travail et de la culture d’entreprise. Malheureusement, les maladies mentales font encore l'objet de préjugés.

Si je dois être mise en arrêt de travail à plusieurs reprises pour la même maladie, ai-je besoin de fournir à chaque fois un nouveau certificat médical?

Les conditions d'emploi précisent le jour à partir duquel un certificat médical doit être présenté. Même dans les cas répétés, un certificat médical doit être présenté à chaque arrêt maladie.

Mon employeur peut-il licencier en raison d'une maladie mentale?

Pas pendant un congé de maladie. Cependant, en Suisse, le droit du travail est libéral: un contrat peut être résilié sans indication de motif. Si une personne souffre d'une maladie mentale, elle devrait consulter le spécialiste qui la traite pour savoir s'il serait plus utile pour elle de prendre un congé de maladie ou de faire des ajustements à son travail.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère