Noustoutes Rognee1
NurPhoto

Toutes unies contre les violences faites aux femmes

par Eva Grau

31 JUILLET 2018

Life

Le mouvement féministe Nous Toutes, lancé pendant le Mondial, prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. Il est porté par l’affaire Marie Laguerre, frappée en plein Paris pour s'être défendue face aux insultes d'un harceleur.

Une déferlante féministe. Rien de moins. C’est ce que le mouvement Nous Toutes ambitionne d’organiser cet automne en France pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles. Sur son site noustoutes.org, mais aussi sur Facebook et Twitter, il appelle les volontaires à le rejoindre en vue de ce grand rassemblement qui devrait avoir lieu le 24 novembre, veille de la Journée internationale des violences faites aux femmes.


Si le mouvement, lancé lors de la Coupe du monde de football entachée par le harcèlement sexuel envers des journalistes sportives et par des agressions sexuelles dans les fanzones, surfait au départ sur la vague des #MeToo et #BalanceTonPorc, il a pris une ampleur considérable depuis quelques jours, à la suite de l’affaire Marie Laguerre. Le 24 juillet, cette étudiante s’est fait violemment agresser en plein Paris et en plein jour par l’homme qui la harcelait. Celui-ci n’a pas supporté qu’elle ose répondre à ses insultes.

Les images de l’agression (ci-dessus), captées par une caméra de surveillance, ont depuis fait le tour du Net. Elles ont été abondamment partagées sur Twitter, notamment par la victime elle-même, avec le hashtag #noustoutes. Ce triste fait divers a apporté une visibilité supplémentaire notamment grâce aux médias français et belges.

Vous voulez que ça change? Nous aussi!

Sur son compte Twitter, Nous Toutes vise, à coups de chiffre, le harcèlement de rue et les violences: «Un tiers des femmes a déjà subi du harcèlement sexuel au travail», «13% des femmes ont déjà subi un viol», «254 femmes sont victimes chaque jour de viol ou de tentative de viol». Avec toujours le même slogan: «Vous voulez que ça change? Nous aussi.»

L’objectif du groupement, créé par quelque 200 personnes et associations (le planning familial, le Groupe F, le Mouvement du Nid, la Maison des femmes de Montreuil, etc.), était de fédérer 1000 volontaires avant septembre. Un mois avant l’échéance, son compte Twitter compte déjà plus d’abonnés que ça; Nous Toutes vise donc désormais les 2000 recrues. Le raz-de-marée féministe semble bien parti.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère