Megan Rapinoe avec léquipe de football féminine américaine victorieuses à la Coupe du monde 2019 Friday Magazine
AFP

Les secrets à piquer aux footballeuses américaines pour mieux s’entraîner quand on a nos règles

par Margaux Habert

18 JUILLET 2019

Life

Les sportives d’élite adaptent leurs entraînements à leurs cycles menstruels. Des techniques qui peuvent expliquer en partie la victoire des Américaines à la Coupe du monde 2019 et que tu peux aussi adopter au quotidien.

Megan Rapinoe et ses coéquipières ont récemment remporté le Mondial féminin en battant les Pays-Bas en finale. En plus d’un indéniable talent, l’équipe américaine a su exploiter un autre atout pour atteindre la victoire: la science, grâce à la chercheuse Georgie Bruinvels.

L’Américaine, titulaire d’un doctorat consacré à l’impact des carences en fer et des cycles menstruels sur la performance sportive, a travaillé avec les joueuses pour intégrer leurs règles dans leur planning d’entraînements.

Une application qui donne des conseils aux sportives

Chaque joueuse a ainsi pu entrer dans l’application FitrCoach des informations sur le début de son cycle, la durée et d’autres paramètres comme la douleur, la fatigue, les jambes lourdes ou encore l’état de stress.

Développée par la chercheuse, l’application donne des suggestions sur les exercices à privilégier et ceux à éviter en fonction de la période du cycle. L’app fournit aussi des conseils nutritionnels qui varient d’un moment à l’autre du cycle.

Georgie Bruinvels

chercheuse américaine

«La première quinzaine du cycle est particulièrement délicate pour les genoux, qui risquent davantage les ruptures du ligament croisé.»

Selon la chercheuse, travailler sur la force physique est plus intéressant au début du cycle car le corps récupérera plus facilement et s’adaptera davantage. Elle ajoute que les glucides sont plus vite consommés lors de cette période, alors que les graisses seront davantage brûlées durant la deuxième partie du cycle.

L'app gratuite qui aide aussi la sportive du dimanche

Et même si on ne peut pas toutes viser une coupe ou une médaille, on a quand même toutes un cycle qui varie d’une femme à l’autre. L’application est donc aussi extrêmement utile pour les sportives du dimanche. On y trouve des explications sur nos taux d’œstrogènes et de progestérones et leur influence sur nos capacités.

Capture décran Fitr Woman Friday Magazine

Et des recettes qui donnent franchement envie! FitrCoach propose d’essayer par exemple un smoothie aux fruits rouges et au basilic pour rebooster notre corps avec du fer et des antioxydants lors de la première phase du cycle.

L’app nous donne d’autres infos et astuces, notamment sur la patate douce, excellente source d’énergie lente pour aider à maintenir son taux de glycémie. Ou encore une recette de cookies au gingembre et aux noix de cajou, qui ciblent les symptômes des règles pour les atténuer.

Instagram Fitr Woman Friday Magazine
Instagram fitrwoman
Caler ses entraînements sur son cycle fait son chemin

Selon Georgie Bruinvels, si le nombre d’athlètes qui tiennent compte de leur cycle pour organiser leurs entraînements reste aujourd’hui relativement bas, la réflexion est au moins sur la table. Selon le «Times», la fédération britannique de tennis a fait appel à la chercheuse américaine pour encadrer les joueuses de la Fed Cup. Les hockeyeuses britanniques, elles, avaient déjà mis en place un système similaire pour les Jeux olympiques en 2012. À l’époque, elles envoyaient un SMS au préparateur physique de l’équipe le premier jour de leurs règles.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère