Solitude Rognee
iStock

Les jeunes Britanniques se sentent souvent seuls

par Eva Grau

3 OCTOBRE 2018

Life

Selon une étude menée pour le compte de la BBC, près d’une personne sur deux, dans la tranche d’âge allant de 16 à 24 ans, dit éprouver régulièrement un sentiment de solitude.

Les Britanniques de 16-24 ans se sentent plus souvent et plus intensément seuls que ceux des autres tranches d’âge. C’est ce que révèlent les résultats de The Loneliness Experiment, une étude menée au Royaume-Uni par les universités de Manchester, d’Exeter et de Brunel (à Londres) à la demande de la BBC. Cette enquête portant sur 55’000 personnes est la plus vaste à avoir jamais cherché à évaluer le sentiment de solitude au sein de la population.

Selon l’étude, 40% des jeunes de 16 à 24 ans se disent souvent ou très souvent seuls, alors que les 65-74 ans ne sont que 29% à avoir cette impression. Les plus de 75 ans sont, eux, 27%. Claudia Hammond, qui présente l’émission «All In The Mind» pour laquelle ce sondage a été réalisé, explique ces résultats, qui vont à l’encontre de l’idée que la solitude touche surtout les personnes âgées, par le fait qu’entre 16 et 24 ans, il «faut déménager de la maison, commencer ses études, un nouveau boulot: tout cela peut vous éloigner des proches avec lesquels vous avez grandi», rapporte le site Slate.

Peu de vrais amis

Deux-tiers des participants pensent que le sentiment de solitude n’est pas forcément lié au fait d’être seul, mais plutôt au fait de se sentir déconnecté du monde et d’avoir l’impression que personne ne vous comprend vraiment. Les personnes qui se sentent seules disent en avoir honte. Elles sont aussi plus méfiantes et plus anxieuses que les autres, ce qui peut entraîner une difficulté à se faire des amis. D’ailleurs, l’enquête note qu’elles ont plus d’amis strictement Facebook (qu’ils ne connaissent que sur le Net) que les autres sondés, comme s’ils cherchaient dans le monde virtuel les amitiés qui leur font défaut dans la vraie vie.

Plus empathiques

Les personnes solitaires ont, en général, une santé médiocre et sont plus susceptibles de fumer que celles qui se sentent entourées. En revanche, leur solitude semble leur apporter une capacité à se mettre à la place d’autrui puisqu’elles ont un niveau d’empathie élevé. Elles sont particulièrement sensibles à la douleur dite sociale, à savoir le fait de voir un tiers se faire harceler ou quitter, dit la BBC.

Terrible, diras-tu. Pas tant que ça, puisque la solitude n’est pas forcément vue comme néfaste: 41% des sondés estiment qu’elle peut parfois s’avérer une expérience positive.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère