Francisco

«Les gens doivent se faire à l’idée que je suis une nouvelle personne»

par Emmanuel Coissy

1 JUILLET 2019

Société

À l'occasion de la Pride romande qui se déroule cette semaine à Genève, Friday publie une série de portraits. Aujourd'hui, on te présente Francisco, un homme transgenre. Il a 18 ans et habite dans le canton de Fribourg.

«À l’âge de 8 ans, j’ai vu une étoile filante et j’ai fait un vœu: être un garçon.» Aujourd’hui, Francisco a 18 ans. Il vit à Marly, dans le canton de Fribourg, et étudie à l’École de culture générale. «Je suis un homme transgenre non hormoné et non opéré, dit-il. Il veut une mammectomie (ablation des seins).

«Je n’ai toujours pas confirmé ma transidentité aux yeux de l’État, mais les gens doivent se faire à l’idée que je suis une nouvelle personne.» Le sexe tel qu’il est reconnu par l’administration est aussi un enjeu pour lui en tant qu’étudiant: «Je m’adapte comme je peux aux normes de l’école, mais je suis complètement en désaccord avec elles.»

A l’école, quelles sont les normes avec lesquelles tu es en désaccord?

En tant que personne transgenre, je n’ai pas accès aux toilettes des hommes. Certains garçons se sont plaints à la direction parce que ma présence les dérangeait. Je suis obligé d’aller chez les femmes. Ça m’affecte énormément. C’est d’autant plus gênant durant la phase menstruelle. J’ai proposé qu’on ajoute un symbole non genré sur les toilettes pour les handicapés, mais cela n’a pas été possible.

Les toilettes non genrées, c’est la solution?

Oui, clairement. J’estime qu’à l’école nous sommes une dizaine de personnes transgenres et non binaires.

Non binaire et gender fluid définissent-ils un phénomène de mode?

Non, ils définissent une véritable identité. Par exemple, certaines personnes croient qu’il y a de plus en plus d’homos. C’est faux, il y a simplement davantage de personnes qui osent le dire. C’est pareil avec les non-binaires.

Francisco 1
Emmanuel Coissy

Francisco pose dans un bois à Marly où il aime se promener.

Quels sont les clichés auxquels tu es souvent confronté en tant qu’homme transgenre?

On me dit: «Ah! Tu aimes les femmes.» En fait, l’identité de genre et l’orientation sexuelle sont des choses distinctes.

Quelle est ton orientation sexuelle?

Je ne la définis pas vraiment. J’ai une préférence pour les femmes, mais je pourrais, sans souci, être avec un homme. Je dirais que je suis pansexuel.

Tu es en couple?

Non, mais pendant 1 an et demi, je suis sorti avec une personne non binaire assignée fille à la naissance. Nous nous sommes connus au groupe Jeunes de Sarigai (NDLR: association LGBT+ fribourgeoise).

Pourquoi ce groupe est-il utile?

Parce que ça m’a fait beaucoup de bien. J’étais timide, je parlais peu de moi-même. Ça m’a permis de découvrir ma transidentité et la personne que je suis vraiment.

Tu vas donc participer à la Pride, cette année.

Oui, j’irai probablement avec le groupe Jeunes de Sarigai.

Francisco 2
Emmanuel Coissy

À proximité du Cycle d'orientation de Marly où il a étudié, il y a quelques années.

En Suisse que faut-il améliorer pour les personnes transgenres?

Il faudrait que les séances chez le psychologue soient remboursées systématiquement. Personnellement, je n’ai pas envie de consulter un psychiatre parce que le fait d’être une personne transgenre n’est pas une pathologie.

Et sur le plan administratif?

Pour changer de prénom, il faut payer entre 300 et 750 francs. Moi, qui suis étudiant, je n’ai pas cette somme. Je regrette aussi qu’il faille tout le temps prouver par la validation d’un psy qu’on est transgenre quand on entreprend n’importe quelle démarche administrative.

Comment vis-tu en tant que personne transgenre dans une petite localité telle que Marly?

Marly est à mi-chemin entre le village où tout le monde se connaît et la ville où personne ne se connaît. C’est compliqué. Les gens d'ici pensent que la personne que j’ai été avant est partie et qu’un nouvel homme est apparu.

Aimerais-tu avoir des enfants?

Oui, deux! Je ne ressens pas forcément le besoin d’avoir des enfants biologiques. L’adoption, ça me va.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère