000 1 PL7 VT copie
AFP

Les conservateurs utilisent le coronavirus pour interdire l’avortement

par Emmanuel Coissy

27 MARS 2020

Société

Aux États-Unis, le Texas et l’Ohio ont classifié l’IVG parmi les actes médicaux non essentiels à stopper pendant la pandémie de CoVID-19.

Samedi dernier, le gouvernement du Texas a annoncé que tous les avortements qui ne sont pas médicalement nécessaires pour préserver la vie ou la santé de la mère seraient suspendus jusqu'au 21 avril. Les médias américains, dont le «New York Times», ont relayé cette information. Sous prétexte de désengorger les structures médicales, les autorités conservatrices de cet État utilisent la pandémie de CoVID-19 pour déclassifier l’interruption volontaire de grossesse (IVG) qu’elles veulent, en fait, interdire. Les médecins qui ne respecteraient pas cette injonction encourraient la prison (jusqu’à 180 jours) et une amende de 1000 dollars.

Contraire à la Constitution américaine

Quelques jours auparavant, l’exécutif de l’Ohio, lui aussi aux mains des conservateurs, avait déjà procédé de la sorte. Des cabinets ont pourtant refusé d’appliquer cette nouvelle disposition. Selon eux, elle contrevient à la Constitution américaine qui garantit le droit à l’avortement. Le bras de fer judiciaire est entamé. Le Collège américain des gynécologues et obstétriciens soutient les praticiens: «L’IVG est une intervention urgente pour laquelle un retard de quelques semaines ou même de quelques jours peut augmenter les risques ou rendre l'intervention complètement impossible», rappelle l’association dans un communiqué.

Le Mississippi emboîte le pas au Texas et à l’Ohio. Son gouverneur met tout en œuvre pour que l’unique clinique d’avortement de l’État ne puisse plus poursuivre son activité pendant la crise du coronavirus.

Un combat acharné à travers le pays

La vague anti-avortement s’abat régulièrement sur les États-Unis, créant une grande tension sociale. L’année dernière, la Géorgie, l’Alabama et le Missouri ont adopté des lois très restrictives. À travers le pays, des manifestations dénoncent régulièrement cette atteinte au droit de la femme à disposer de son corps.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère