I Stock 1138267984

Le spritz au cœur d’une controverse

par Emmanuel Coissy

13 MAI 2019

Food & Home

Une chroniqueuse du «New York Times» attaque l’iconique boisson italienne. Elle estime qu’elle n’est pas bonne: trop sucrée et faite avec du mauvais prosecco.

«L’Aperol spritz n’est pas une bonne boisson». Tel est le titre polémique d’une chronique publiée jeudi par Rebekah Peppler dans le «New York Times». La jeune femme est rédactrice indépendante spécialiste de la cuisine. Elle estime qu’on commet une erreur en le servant dans un immense verre à pied parce que le soda, l’eau et les glaçons noient les arômes. Elle ajoute que le mélange est trop souvent réalisé avec un prosecco de piètre qualité dont les défauts sont masqués par le sucre. Elle enfonce le clou en affirmant que l’Aperol, lui-même, est trop doux.

En marge de ses critiques, Rebekah propose des alternatives. La première: opter pour un mousseux de bonne qualité. Ensuite, au lieu de l’Aperol, elle recommande le vermouth parce qu’il est moins sucré. Enfin, à la place de la tranche d’orange, elle propose une olive. Elle s’inscrit ainsi dans la tradition vénétienne d’où le spritz est issu.

Ces derniers jours sur le Net, les réactions hostiles à Rebekah Peppler ont déferlé. Plusieurs personnalités du monde de la gastronomie, citées par le «New York Post» ont volé au secours du rafraîchissement italien. Grub Street, la rubrique foodie du magazine «New York» s’est même fendu d’un article titré «Tout internet est d’accord sur le fait que l’Aperol spritz est, en fait, une bonne boisson».

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère