Kylie Skin 2
Kylie Skin

Le gommage de Kylie relance la polémique sur un soin décrié

par Emmanuel Coissy

16 MAI 2019

Beauty

Le scrub est controversé: il est accusé d’être trop abrasif et donc nocif pour la peau. La nouvelle ligne de soins de Kylie Jenner en comprend un. Les dermatologues appellent à la prudence.

«Pourquoi acheter un gommage? Autant se frotter le visage contre l’écorce d’un arbre…» Cette critique teintée d’ironie, on peut la lire sur Twitter. Elle reflète la petite tempête déclenchée, ces derniers jours sur les réseaux sociaux, par Kylie Jenner. L’Américaine, âgée de 21 ans, a annoncé le lancement de Kylie Skin, sa ligne de soins cutanés, disponible dès le 26 mai. Parmi les produits, il y a un scrub qui est au cœur de la controverse. Certains jugent que les exfoliants sont trop abrasifs.

Dans une vidéo postée sur YouTube (ci-dessous) et dans ses récentes déclarations, la reine des cosmétiques assure que le sien, contenant des particules de noix, est si doux qu’il est possible de l’utiliser tous les jours.

Un avis battu en brèche par la Dre Michelle Henry interrogée par le «New York Post», qui s’est penché sur cette affaire. Selon la spécialiste officiant à Manhattan, ces particules peuvent réellement déchirer la peau. «En particulier, si elles sont grossièrement broyées», dit-elle.

Parmi les éventuels effets indésirables, la médecin évoque des rougeurs, des irritations et des microplaies qui fragilisent l’épiderme. Ces microplaies augmentent les risques d’inflammation et d’hyperpigmentation.

Kylie Skin 1
Kylie Skin

Le tabloïd new-yorkais indique que le Dr Harold Lancer, dermatologue à Beverly Hills qui travaille avec le clan Kardashian-Jenner partage ce point de vue, dans un article publié sur son site. De là à taxer Kylie d'hypocrite, il y a un pas à ne pas franchir. En effet, la dangerosité du gommage est discutable. Un fait l’atteste: en 2018, le fabricant du St. Ives Apricot Scrub, populaire aux USA, a été attaqué en justice parce que des utilisateurs estimaient que les particules de noix étaient nocives. Le procès s’est soldé par un non-lieu: rien n'a prouvé un quelconque effet dommageable.

La prudence doit prévaloir

La supposée dangerosité du gommage est un vieux serpent de mer. Son innocuité n’est plus à démontrer à condition de l’employer avec parcimonie. Les dermatologues conseillent un usage hebdomadaire voire deux fois par semaine au maximum. Il convient d’observer la réaction de la peau pour considérer si le traitement est adapté ou s’il faut stopper les dégâts.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère