00021669218
Getty

Le féminisme se drape dans le divin

par Emmanuel Coissy

20 JANVIER 2020

Fashion

Dior a présenté cet après-midi sa collection haute couture printemps-été 2020. Les mannequins, telles des déesses antiques, défilaient au milieu d’une installation de l’artiste féministe Judy Chicago.

«What if women ruled the world?» (Que se passerait-il si les femmes régnaient sur le monde?). L’inscription est brodée sur un étendard qui trône au-dessus des mannequins. Sur la tête des invités, des bannières analogues questionnent ce public, en anglais et en français, sur la place de la gent féminine dans notre société.

00021669401
Getty

L’installation, intitulée «Female Devine»au milieu de laquelle s’est déroulé cet après-midi le défilé Dior haute couture printemps-été 2020 a été créé exprès par l’artiste américaine Judy Chicago. La plasticienne, âgée de 80 ans, est une ardente féministe. Depuis les années 1960, son œuvre s’articule essentiellement autour de ce thème. Ce décor, construit sous une tente dans les jardins Musée Rodin à Paris, ne sera pas immédiatement démonté après le show. Le grand public pourra le voir du 21 au 26 janvier.

00021669581
Getty

Depuis son arrivée chez Dior en tant que directrice artistique en 2016, Maria Grazia Chiuri, première femme à occuper ce poste, a fait du féminisme un enjeu majeur pour la maison parisienne. Sa nouvelle collection regarde du côté de l’Antiquité en présentant des prêtresses, des reines et des déesses habillées d’or, qui sont autant de figures du pouvoir. Cette procession de 77 modèles évoluait sur la voix de la Norvégienne Jenny Hval interprétant la chanson «Ashes To Ashes» (voir la vidéo ci-dessous).

00021669603
Getty
00021669592
Getty
On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère