Conscious Exclusive 2019 Campaign images 3
H&M

Le cuir d’ananas, c’est quoi?

par Marie-Adèle Copin

22 AVRIL 2019

Fashion

Le Piñatex séduit de plus en plus de marques dans l’industrie de la mode et du prêt-à-porter. C’est le cas de H&M qui utilise cette alternative au cuir animal dans sa dernière collection.

Tu veux sauver la planète mais tu veux le faire avec style? Alors il est temps de te parler du Piñatex. Cette alternative naturelle au cuir animal est fabriquée à partir de fibres de feuilles d’ananas. Produite aux Philippines, cette matière pas vraiment lisse mais robuste et légère se plie volontiers sans se déchirer.

Les marques de prêt-à-porter s’y intéressent de plus en plus. C’est le cas du géant suédois. Le 11 avril, H&M a mis en vente sa ligne Conscious Exclusive, une gamme de vêtements élaborée dans des matières durables. D'autres griffes comme Hugo Boss ou encore Lancel ont intégré ce tissu à leurs collections.

«C’est un marché en totale explosion. Sachant qu’il y a 13 millions de tonnes de déchets de feuilles dans la production d’ananas chaque année, si l’on valorisait l’ensemble, le Piñatex pourrait remplacer de moitié le marché du cuir mondial», indique au quotidien «La Croix» Mélanie Broyé-Engelkes, présidente d’Ananas Anam, entreprise qui fabrique le Piñatex.

On doit cette innovation à Carmen Hijosa. Cette Espagnole a longtemps travaillé en tant que consultante dans l’univers du cuir animal. En voyageant, elle s’est confrontée aux problèmes écologiques et humains que génère cette industrie: utilisation de solvants cancérigènes, consommation excessive d’eau, pollution des rivières, etc. Aux Philippines, elle découvre en 2008 le Barong Tagalog, une tenue cérémonielle portée par les locaux et fabriquée à partir du tissu en question.

Il a fallu cinq années de recherche et de développement à la créatrice pour mettre au point le Piñatex. Un mètre carré de ce tissu nécessite 480 feuilles, soit 16 ananas, envoyées ensuite en Espagne pour être transformées en matière textile.

Le Piñatex a l’avantage d'avoir un impact environnemental plus limité que le cuir animal. Les feuilles d’ananas finissant habituellement à la poubelle, les transformer en cuir représente une source de revenu supplémentaire pour les agriculteurs qui cultivent ce fruit.

Néanmoins, la culture d’ananas n’est pas forcément synonyme d’écologie. Le Costa Rica, par exemple, assure 65% des exportations mondiales et son agriculture est un désastre écologique, comme l’avait soulevé une enquête de France 5 diffusée en septembre 2018. La raison: les dizaines de pesticides répandus pour maîtriser la croissance des plants et déclencher la floraison à l’année.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère