I Stock-176300342
iStock

La ligue du LOL n'a rien de drôle

par Marie-Adèle Copin

11 FÉVRIER 2019

Life

Un groupe Facebook privé composé d’une trentaine de journalistes parisiens, principalement des hommes, aurait harcelé, entre 2000 et 2010, des femmes et tout particulièrement des féministes. L'affaire refait surface suite à un article de «Libération» publié le 8 février. Depuis, les langues se délient.

«J’ai reçu des messages souhaitant ma mort.» Dans un post publié dimanche 10 février sur son blog, l’auteure féministe française Daria Marx évoque le cyberharcèlement dont elle a été victime sur Twitter et nomme ses harceleurs: la ligue du LOL. Entre 2000 et 2010, une bande de mecs à la «Orange mécanique» version 2.0 prenait pour cible principalement des femmes et se défoulait sur elles, à coup de blagues lourdingues ou, pire, d’actions menaçantes comme cela a été le cas pour Daria.

Dans son témoignage, elle raconte: «Parfois, ils n’avaient pas besoin d’excuses, ils me harcelaient pour le plaisir, par ennui peut-être, ou par concours de bites. J’étais grosse, j’étais une femme, j’étais féministe, cela suffisait à les faire rire.»

L’existence de ce groupe a été médiatisée à la suite d'un article de «Libération», paru le vendredi 8 février, dans lequel de nombreuses femmes témoignaient des attaques sexistes, racistes ou grossophobes qu’elles avaient subies de la part de ces hommes qui occupent des postes dans le journalisme, le graphisme et la communication.

La youtubeuse Florence Porcel a également pris la parole pour dénoncer publiquement le harcèlement qu’elle a subi de la part de membres de la Ligue du LOL. «Tout a commencé en 2010, affirme-t-elle à France Info. J’étais assez présente sur les réseaux sociaux à l’époque et ils ont décidé de s’en prendre à moi, je ne sais pas trop pourquoi. J’ai eu le droit à un photomontage pornographique très dégradant. C’était leur méthode.»

Dans un thread posté samedi sur Twitter, la journaliste Capucine Piot a elle aussi raconté son calvaire. «La Ligue du LOL m’a repérée et a commencé son travail de sape petit à petit: montages photo, vidéos visant à se moquer de moi… Tout ça de façon régulière, gratuite et entraînant tout un tas de twittos dans leur sillage malsain et dévastateur», raconte la journaliste.

Depuis vendredi soir, une dizaine de femmes au total et quelques hommes se plaignent du harcèlement que leur ont fait subir les membres de la Ligue du LOL. Après la publication de l’article de «Libé», plusieurs journalistes mis en cause ont pris la parole pour s’excuser publiquement, dont Alexandre Hervaud. Ce dernier ainsi que Vincent Glad travaillent dans le canard en question. Ce matin, la direction les a mis à pied.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère