Istock 672182240
iStock

Une jeune Strasbourgeoise filme ses harceleurs

par Eva Grau

29 AOÛT 2018

Life

Caroline, 24 ans, a publié sur Facebook une vidéo où on la voit se faire apostropher par un groupe d'hommes dans la rue. Le petit film a déjà été vu 283'000 fois et partagé 3600 fois sur le réseau social. Les médias français se sont emparés de l'affaire.

«Strasbourg, 20h30; trois minutes dehors. Ce soir, j'en ai marre. Ce soir, je suis fatiguée. Fatiguée pour moi, fatiguée pour ma mère, fatiguée pour mes cousines, pour mes soeurs, pour mes tantes, pour TOUTES LES FEMMES. Ce soir je suis en colère, ce soir je tremble.» C'est par ces mots que Caroline, Strasbourgeoise de 24 ans, introduit la vidéo qu'elle a postée sur son profil Facebook. Une vidéo qu'elle a tournée alors qu'elle se fait insulter dans la rue par un groupe d'hommes et qui, en quelques jours, est devenue virale.

Dans cette vidéo d'une quarantaine de secondes, l'étudiante filme trois jeunes hommes en train de l'apostropher: «Oui, oui, on sait que t'es mignonne», lui lance l'un d'eux. Caroline s'éloigne tout en continuant à filmer et commente: «Voilà, c'est ça, être un femme à Stras, les gars. On vient de me dire «baise ta mère» parce que je suis en jupe. Du coup, on me fait des remarques. Déjà, avant, je suis passée, on m'a fait chier, je repasse, on me refait chier. C'est ça, d'être une meuf à Stras, ou partout en France, en fait.»

Pour dénoncer le harcèlement dont elle est victime, la jeune femme a ensuite mis sa vidéo en ligne. Le petit film a déjà été vu 283'000 fois et partagé 3600 fois. Interrogée par France 3 Alsace, Caroline explique avoir voulu «capturer ce quotidien de harcèlement de rue qui est le mien et celui de beaucoup de femmes, pour faire réagir sur ce qu'il se passe».

La diffusion de cette vidéo intervient alors que le Parlement français vient d'approuver une loi contre le harcèlement de rue qui entrera en vigueur à l'automne. Les propos et agressions sexistes seront punis d'amendes de 90 à 750 euros (102 à 853 francs suisses).

Il y a quelques semaines, une autre étudiante, Marie Laguerre, avait diffusé sur les réseaux sociaux les images de l'agression sexiste dont elle avait été victime à Paris, suscitant une vive émotion jusqu'aux plus hautes sphères du pays. Son agresseur vient d'être retrouvé par la police. Il a été placé en garde à vue.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère