Whats App Image 2019 11 01 at 11 53 10
Marie-Adèle Copin

Je suis née le jour de la Fête des morts

par Marie-Adèle Copin

1 NOVEMBRE 2019

Life

Marie-Adèle, rédactrice chez Friday, est née le 2 novembre. Elle raconte ce que ça fait de fêter son anniversaire le jour de la Fête des morts.

J’ai failli naître un jour tout pourri, le 3, pendant lequel il ne se passe rien. Mais j'en ai décidé autrement en venant au monde à 11h03 le 2. Chaque année, on fête mon anniversaire en même temps que les morts.

Ce jour-là, dans la religion catholique, on honore les défunts ordinaires, les tiens, les miens. Tandis que la veille, la Toussaint, c’est le jour où l’on vénère les morts qui ont la classe, les saints. Et puis, la Fête des morts n’a aucun rapport avec Halloween, fête américaine et païenne bien loin de nos racines.

Je ne suis ni catholique ni croyante. Mais j’aime rappeler à mes proches qui me souhaitent un joyeux anniversaire que c’est aussi le jour de la fête des morts. Juste pour les déstabiliser. Si certains me contredisent en affirmant avec aplomb que le jour de la Fête des Morts c'est la Toussaint, d'autres me répondent: «Aaaah! C’est pour ça!».

Fêter son anniversaire le jour où l’on célèbre les défunts, c’est comme boire du Ruinart dans des gobelets en plastique, commander qu’une entrée dans un restaurant trois étoiles, fumer une clope après un marathon, faire écouter du Nirvana à son neveu de 8 ans, c’est mal venu, voire gonflé.

Et mes amis ont raison. Je suis un poil gonflée. Un jour, j’ai débarqué à une soirée déguisée en Marie-Chantal alors que le thème c’était: hippie. Je suis arrivée dans cet appart, dans lequel je ne connaissais que le locataire, avec mon serre-tête en velours sur la tête, mon collier de perles, mon foulard Hermès et mes collants chair. Les gens n’ont pas compris. Moi, j’étais morte de rire.

Le «Aaaah! C’est pour ça!» de mes proches fait peut-être aussi référence à mon rapport à la mort, pragmatique. Certains diront qu’il est déplacé. J’ai plusieurs fois demandé à ma mère à qui reviendront ses meubles de designers après sa mort. Elle n’a que 70 ans. Je lui rappelle régulièrement qu’il n’est jamais trop tôt pour faire son testament. À l’heure actuelle, elle ne m’a toujours pas donné de réponse claire.

Il n’y a pas que pour les autres que je suis terre à terre. Pour moi aussi. Je crie haut et fort que je veux donner mon corps à la science, pour autant que la science en veuille. Des poumons aussi cramés par la cigarette que les miens, ça vaut bien une petite dissection en cours d’anatomie. Mais mon rêve le plus fou: que mon squelette finisse dans une classe de biologie, pour qu'enfin je comprenne la différence entre la métaphase et la prophase de la division cellulaire.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère