Ni outes 1
Capture d'écran Ni Putes Ni Soumises

Un homme déguisé en femme se fait harceler dans les rues de Paris

par Margaux Habert

28 OCTOBRE 2019

Life

Le mouvement féministe français Ni Putes Ni Soumises dénonce le harcèlement de rue avec une vidéo qui fait le buzz sur le Net.

«La frange, là… on dirait un film porno». C’est l’une des remarques qu’Antoine, 23 ans, a subies lors de sa journée dans la peau d’une femme. Des «T’es trop bonne, t’es trop belle», «Très beau cul» ou encore «Ah j’suis excité, là» complètent la liste des «compliments» des hommes, filmés en caméra cachée.

L'association féministe a utilisé un comédien et non une comédienne pour demander aux hommes de se mettre à la place des femmes. Le jeune homme a ainsi pu prendre la mesure du harcèlement de rue: «Je me suis senti extrêmement vulnérable», décrit Antoine dans la vidéo.

Un buzz efficace puisque la vidéo, sous le slogan #ÀNotrePlace, a suscité de nombreuses réactions sur internet et a été largement relayée par les médias.

Dans une autre vidéo, le comédien explique les raisons qui l’ont poussé à accepter ce rôle un peu particulier. «Je connais pas mal de copines qui me disent "aujourd’hui il y a un mec qui m’a suivie dans la rue…" À chaque fois ça me touche parce que je trouve ça injuste». Il poursuit en racontant avoir souvent eu peur.

Pour Antoine, cette expérience lui a permis d’ouvrir les yeux sur le quotidien des femmes. «En tant que mec, on ne se rend pas forcément compte de tout. Ça m’est déjà arrivé de me retourner sur une fille… Et elle, elle le vit 20, 30, 40 dans la même journée».

Un homme… pour parler des femmes

La vidéo n’a pas fait l’unanimité. Sur Twitter, certains internautes et militantes féministes déplorent le fait de devoir utiliser un homme. «Pourquoi avoir besoin qu’Antoine partage son expérience alors que des centaines de femmes racontent quotidiennement ce qu’elles vivent? Ça a plus d’impact si c’est un homme qui le démontre?», peut-on notamment lire sur les réseaux sociaux.

D’autres ont toutefois salué la démarche de l’association Ni Putes Ni Soumises. Dans les commentaires sur Instagram, certains regrettent même que les hommes ayant harcelé Antoine aient été floutés.

Une autre vidéo sur les réseaux sociaux

Avec sa campagne #ÀNotrePlace, Ni Putes Ni Soumises montre aussi le harcèlement en ligne dont sont victimes les femmes. Dans une autre vidéo, l’association explique avoir inscrit Antoine en tant que femme sur une application de rencontres. Le mouvement féministe précise n’avoir jamais engagé la moindre conversation. Pourtant, ce faux compte d'Antoine a reçu une pluie de propositions douteuses.

Ni outes 2
Capture d'écran Ni Putes Ni Soumises

La vidéo est à voir ci-dessous.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère