Grombre friday

Il n'y a pas d'âge pour passer au gris

par Eva Grau

21 OCTOBRE 2019

Beauty

Sur Instagram, le hashtag #grombre fait de plus en plus d’adeptes. Dans la mouvance Body Positive, des milliers jeunes femmes exposent leur chevelure poivre et sel pour mieux l’assumer.

Lior n’a que 27 ans, pourtant cela fait déjà dix ans qu’elle arbore une chevelure poivre et sel. Et elle en est fière. Tellement qu’elle a décidé de le crier au monde entier en postant un selfie sur Instagram (ci-dessous). «Je n’ai jamais fait de teinture car je considère mes cheveux gris comme une partie de mon identité, écrit la jeune femme en commentaire. Ils me rappellent qui je suis et d’où je viens.»

Comme Lior, des milliers de femmes ont envoyé leur portrait au compte Grombre. Lancé en 2016, il affiche pas moins de 144’000 abonnés et plus de 1300 publications qui ont, toutes, un point commun: être des photos de femmes arborant des cheveux naturellement argentés. Or, on note que la majorité de ces visages sont jeunes, à l’image de la fondatrice de Grombre (qui sonne comme la contraction entre «grey» et «ombré»), Martha Truslow Smith (photo en tête d'article), âgée de 27 ans, qui affirme sur Insta avoir des cheveux blanc depuis ses 14 ans.

«Mes cheveux gris sont un privilège»

Le mouvement Grombre – qui se décline aussi en site internet et en page Facebook, s’inscrit dans la philosophie Body Positive: assume qui tu es et fuck aux standards de beauté! «Je considère les cheveux gris comme un privilège; beaucoup trop de personnes meurent avant d’en avoir», écrit ainsi Rachel Miller (ci-dessous), ajoutant qu’elle n’a jamais usé de teinture capillaire.

Un cadeau de Dieu

D'autres, à l'image d'Iris, n'arborent qu'une mèche argentée. À ceux qui lui demandent si c'est naturel ou le résultat d'une décoloration, la Brésilienne répond fièrement: «C'est à moi, Dieu m'en a fait don!»

Tori, elle aussi, n'a qu'une longue mèche blanche sur le front. Elle est apparue quand elle avait 21 ans, «presque simultanément à l'annonce du cancer de ma sœur», explique la jeune femme.

Un choix libérateur

L’exemple de Martha Truslow Smit a fait des émules. Ainsi, Portia, qui a posté un selfie sur le compte Grombre, a ouvert son propre compte (@baskinthegray), où elle documente l’évolution de sa chevelure passant progressivement du noir de jais au gris. «Cela fait plus d’un an et demi que j’ai teint mes cheveux pour la dernière fois et je ne pourrais être plus satisfaite de ma décision!, raconte-t-elle sur Insta. Laisser derrière moi le stress, le désordre et la frustration liés à l'éternel cycle des teintures est incroyablement libérateur. J’adore mes cheveux.»

Question de gènes

Par leurs témoignages, Martha, Lior ou encore Tori veulent rappeler que l'apparition de cheveux blancs (ou canitie dans le jargon médical) est parfaitement naturelle. Et ce, même lorsqu'on n'a pas encore atteint l'âge de la retraite! En 2016, une étude de l'University College London concluait que les premiers cheveux blancs apparaissaient en moyenne vers 35 ans pour les Occidentaux, un peu avant la quarantaine pour les Asiatiques et seulement vers 45 ans pour les Africains. Mais il n'est si rare d'en avoir à 20 ans déjà, surtout si on a des parents qui ont blanchi tôt.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère