EP Yg Hbl W4 A Is2 Co
Marie-Claire

Cette Une du «Marie Claire» Brésil défie le président homophobe

par Marie-Adèle Copin

4 FÉVRIER 2020

Life

Le magazine féminin met à l’honneur l’amour de deux femmes qui se sont fiancées alors que le président brésilien est farouchement opposé au mariage homosexuel.

Depuis l’élection de Jair Bolsorano à la présidence du Brésil, il y a un peu plus d’un an, la communauté LGBT+ est de plus en plus discriminée. L’homme affiche clairement ses positions homophobes. En 2010, dans un débat télévisé, il s'était dit favorable à des punitions physiques comme cure pour les homosexuels. Un an plus tard, il assurait au magazine «Playboy» qu'il préférerait que son fils meure dans un accident de voiture plutôt qu'il ne soit gay. Le chef d'État est opposé au mariage des personnes de même sexe, autorisé depuis 2013.

Alors que son discours raciste, homophobe et sexiste choque ses opposants, l'édition brésilienne du magazine «Marie Claire» prend position et met en Une du numéro de février un couple de lesbiennes. Ces deux femmes qui s’embrassent sont célèbres dans ce pays d'Amérique du Sud. L'une est la chanteuse Ludmilla, 24 ans, et sa fiancée, la danseuse Brunna Gonçalves, 28 ans. La revue titre ainsi: «Sans tabou: Ludmilla se livre avec franchise sur l'amour, le sexe, la marijuana et le funk.»

Dans le magazine, on peut lire que les deux femmes sont restées discrètes au début de leur relation, il y a plus de deux ans, parce qu'elles craignaient que les marques qui les soutiennent chacune dans leur carrière ne se désolidarisent d'elles. Mais rapidement, leur amour a pris le dessus. «Brunna m'a rendue plus forte», confie Ludmilla. Elles souhaitent fonder un foyer en ayant recours à la procréation médicalement assistée avec un don de sperme anonyme. La pratique est légale au Brésil. «Je serai la donneuse, Brunna portera l'enfant», ajoute l'artiste.

Cette couverture engagée est devenue virale sur les réseaux sociaux. «Parfait! Un couple sensationnel! J'aime cette représentation!», écrit un internaute sur Twitter. «Une claque pour les homophobes», renchérit une autre.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère