Istock 1081127246
iStock

Dis, Docteur, c'est quoi la dyspareunie?

par Eva Grau

13 DÉCEMBRE 2018

Health

Pour décrire les maladies ou troubles sexuels féminins, le vocabulaire médical regorge de termes barbares. Nous en avons choisi cinq, assez courants mais méconnus, que tu devrais connaître.

  • Adénomyose
    Si on connaît désormais l’endométriose, médiatisée par des actrices comme Lena Dunham ou Laetitia Millot, combien d’entre nous ont déjà entendu parler d’adénomyose? Cette forme «atténuée» d’endométriose reste, contrairement à cette dernière, confinée à l’intérieur de l’utérus dont elle épaissit la paroi interne (l’endomètre). Ce qui entraîne règles hémorragiques avec expulsion de caillots de sang accompagnés de douleurs très intenses. Et aussi, souvent, une infertilité.
  • Vulvodynie
    Comme son nom l’indique, cette affection touche la vulve, en d’autres termes tout le sexe féminin, et se manifeste par des brûlures et des douleurs. Aussi appelée «névralgie pudendale», elle peut apparaître et disparaître spontanément, mais aussi durer des mois ou des années. On ignore ses causes. Selon une étude allemande datant de 2005, la vulvodynie touche environ 15% des femmes. Et 75% d’entre elles sont âgées de moins de 35 ans, d’après d’autres travaux menés sur le sujet en 2007, en Australie.
  • Dyspareunie
    Ce terme médical étrange est utilisé pour parler de la survenue de douleurs anormales durant les rapports sexuels. La dyspareunie peut être liée à une autre maladie comme l’endométriose ou se manifester en cas de stress, d’une infection vaginale ou après un accouchement, par exemple. Elle peut aussi être la conséquence d’un manque de lubrification, typiquement lorsque les préliminaires sont insuffisants, ou d’un vaginisme.
  • Vaginisme
    Cette contraction involontaire du périnée (l’ensemble de muscles situé entre le vagin et l'anus) rend toute pénétration impossible. Les spécialistes estiment que 5 à 6% des femmes souffrent de ce blocage dont la source est la plupart du temps d’origine psychologique. Dépression, mauvaises expériences, peur de tomber enceinte ou abus sexuels peuvent entraîner un vaginisme. Et ce, au début de la vie sexuelle ou plus tard.
  • Polype
    Il s’agit d’une excroissance qui apparaît sur la muqueuse. En règle générale, le polype est une tumeur bénigne quand il se situe au niveau du système reproductif: utérus, col de l’utérus, trompes ou encore vagin. Mais suivant sa localisation, typiquement dans le vagin, il peut occasionner une gêne et des douleurs lors des rapports sexuels, voire saigner, ce qui peut nécessiter une ablation.
On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère