063 800037716
AFP

Des athlètes accusent Nike d'être hypocrite avec les femmes

par Marie-Adèle Copin

15 MAI 2019

Life

L'équipementier a diminué la rémunération de trois coureuses américaines qui sont tombées enceintes alors qu'elles étaient sous contrat. Une attitude sexiste qui diffère de ses slogans publicitaires.

Alysia Montaño, surnommée «la coureuse enceinte», a participé à une vidéo réalisée par le «New York Times» (ci-dessous) qui s’attaque à Nike, son ancien équipementier. Elle a été postée sur YouTube, dimanche dernier. Celle qui, en 2014, a couru le 800 mètres aux championnats américains pendant sa grossesse, décrit le décalage entre les slogans destinés aux femmes et la politique relative au congé maternité pour les sportives sponsorisées par la marque.

«Si vous voulez être une athlète et une mère, vous êtes tout simplement folles», dit-elle en voix off. Alysia a déclaré que Nike l’avait pénalisée pour avoir eu un bébé et qu’elle devait se battre avec son sponsor pour conserver sa rémunération. Finalement, elle l'a quitté pour Asics.

D’autres coureuses américaines qui ont travaillé avec Nike ont connu une mésaventure similaire. Elles confirment que leur contrat ne garantissait pas un salaire pendant la grossesse ou après l’accouchement. «Tomber enceinte, c’est le baiser de la mort pour une athlète», déclare Phoebe Wright, au journal new-yorkais. Elle a été sponsorisée par la marque à la virgule de 2010 à 2016.

Kara Goucher, elle, explique qu’elle a recommencé à courir presque immédiatement après l’accouchement, se préparant à un semi-marathon afin d’être de nouveau payée par Nike. «Je ne me pardonnerai jamais pour ça», dit-elle. Cela m’a tellement affecté mentalement et physiquement. Kara a couru le marathon de Boston sept mois seulement après l’accouchement, lui laissant une blessure à la hanche.

Nike déclare à CBS News avoir modifié son approche afin que les athlètes ne soient pas pénalisées dans de telles situations. «C'est une pratique courante dans notre secteur, nos accords incluent la réduction du paiement qui est basée sur la performance du sportif. Nous reconnaissons qu'il y avait une incohérence dans notre approche. En 2018, nous l'avons standardisée afin qu'aucune athlète ne soit pénalisée financièrement en raison de sa grossesse.»

Le «New York Times» estime que ce n'est pas tout à fait vrai. Ses journalistes ont consulté un contrat datant de 2019. Celui-ci comprend la possibilité de réduire la rémunération «pour une raison quelconque» si les objectifs liés à la performance ne sont pas atteints. Il n'est fait nulle part mention d'exception pour l'accouchement, la maternité ou la grossesse. Le quotidien souligne que les quatre dirigeants de Nike en charge du sponsoring sont des hommes.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère