Justin-Bieber-Hailey-Bieber
Getty Images

Comment gérer un partenaire dépressif?

par Gloria Karthan

19 MARS 2019

Health

Récemment, on apprenait que Justin Bieber était atteint de dépression. Comment sa femme Hailey fait-elle pour vivre aux côtés d’une personne malade? Deux experts nous expliquent comment le quotidien change lorsqu’on a un conjoint dépressif.

Dans une grande interview pour l'édition américain de «Vogue», Justin Bieber a confié être accro au Xanax. En effet, l’artiste de 25 ans n’est pas au meilleur de sa forme. Le chanteur a même demandé à ses fans de prier pour lui: «Je me suis beaucoup battu ces derniers temps, je me sens bizarre et déconnecté», a-t-il expliqué dans un post Insta chargé d’émotion, sous une photo le montrant aux côtés de Kanye West et de son manager. Qu'a ressenti l'épouse du chanteur, Hailey Bieber, lorsque son mari a commencé à s’isoler il y a de cela quelques années déjà? Elle le raconte à «Vogue»: «J’ai beaucoup pleuré durant cette période. Je voulais juste qu'il soit heureux et en sécurité.»

Une personne sur cinq touchée

Entre 16 et 20% des gens vivent un épisode de dépression à un moment de leur vie. Comment peut-on aider son ou sa chéri(e) durant cette phase difficile? «Hailey devrait se montrer patiente et soutenir son mari. Par contre, il faudrait éviter de lui demander de se ressaisir», précise le Docteur Annette Brühl, médecin-cheffe adjointe à la clinique universitaire psychiatrique de Zurich.

Des arguments tels que «faire un break» ou «ça ira mieux» sont totalement inutiles et ne font qu’exercer une pression supplémentaire sur la personne malade. «La meilleure chose à faire est de demander à son conjoint ce qu’il attend de vous», déclare Bruno Facci, président de VASK Suisse, l'Association des personnes souffrant de maladies psychiques.

Que se passe-t-il si son partenaire prend de la distance et finit par s’isoler? «En fait, il ne faut pas prendre cette mauvaise passe comme quelque chose de personnel, souligne Annette Brüh. Le fait de s’isoler fait partie de la maladie, c’est une sorte de symptôme, à l’image de l'éternuement qui est un symptôme du rhume. Les proches de l’individu malade doivent être conscients que certains comportements ne sont pas intentionnels.»

Dr Annette Brühl

Médecin-cheffe adjointe à l'Hôpital psychiatrique universitaire de Zurich

Il s’agit de la maladie de son partenaire, pas de la sienne.

Néanmoins, l’impuissance, la colère, l’impatience et le sentiment de culpabilité sont plutôt communs. Selon Annette Brühl, Hailey devrait consulter un thérapeute ou se rendre à des ateliers d’entraide afin de ne pas négliger sa propre santé. «Il s’agit ici de la maladie de son partenaire, pas de la sienne», explique le médecin. Un avis partagé par Bruno Facci: «Vous n'avez pas à tout supporter. Il faut s’écouter et être capable d’exprimer ses sentiments.»

La maladie de Justin n'est pas simplement une dépression, mais relève aussi d'un problème de dépendance. «Toute personne qui observe une rechute ne doit pas blâmer, ni condamner son partenaire», déclare Bruno Facci.

Selon Annette Brühl, les proches connaissent mieux les personnes touchées que les thérapeutes. «Toute personne qui constate une détérioration devrait donc demander à son partenaire comment il se sent et s’il pense que c’est normal», estime la spécialiste. Cependant, les proches ne doivent pas adopter la position du médecin pour autant.

Bruno Facci

Président de VASK Suisse, l'Association des personnes souffrant de maladies psychiques

Je connais beaucoup de couples où un partenaire souffre d'une maladie mentale et a réussi à vivre avec elle.

Et si on ne trouve pas d’autre moyen que de mettre fin à la relation? À l'instar de nombreux experts, Annette Brühl recommande d'éviter les décisions prématurées qui ont une grande portée sur maladie. «Souvent, on regrette de telles décisions.» Les membres de la famille devraient plutôt chercher eux-mêmes de l'aide et des conseils. «La vie est faite de hauts et de bas, et c’est normal, explique Bruno Facci. Il existe de nombreux couples où l’un des partenaires souffre d'une maladie mentale et qui a réussi à vivre avec elle.»

Où trouver de l'aide:

ASK Suisse, l'Association des personnes souffrant de maladies psychiques. Il existe des bureaux régionaux où l'on trouve des contacts, des centres de conseil et des cours.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère