Image 1 20
Instagram theothernwa

Cette journaliste américaine est la bête noire des anti-avortements

par Emmanuel Coissy

18 JUIN 2019

Life

Nona Willis Aranowitz est la nouvelle chroniqueuse de «Teen Vogue». Elle répond aux questions que les lectrices se posent sur le sexe. Ses articles insupportent les chrétiens conservateurs.

«Cette semaine a été terrible pour les libertés sexuelles. Dans ma prochaine chronique, je vais sortir l’artillerie lourde.» Cette promesse de Nona Willis Aranowitz, postée le 17 mai sur Facebook, a été tenue. Le 6 juin, la journaliste américaine a publié, sur le site de «Teen Vogue», un article intitulé «Comment avoir accès à l’avortement en tant qu’adolescente».

Quelques jours plus tard, les anti-avortements exprimaient leur colère. Parmi eux, Elizabeth Johnston évoquait son dégoût sur son blog et sur Fox News. La chrétienne conservatrice s’était déjà signalée en s’insurgeant contre un article de «Teen Vogue» donnant des conseils sur le sexe anal. Pour elle, le magazine est désormais à classer dans la catégorie porno.

Image 1 22
Instagram theothernwa

Nona Willis Aranowitz, qui aura 35 ans le 15 juillet, tient une chronique nommée «Down to find out» depuis le début du mois de mai. Elle répond aux questions que les jeunes se posent sur le sexe. Dans le texte controversé, elle conseille une lectrice âgée de 16 ans, enceinte et qui ne veut pas mener sa grossesse à terme. La journaliste raconte notamment comment elle-même a été confrontée à une situation analogue alors qu’elle avait 15 ans. À l’époque, elle avait reçu l’aide de ses parents, ce qui n’est pas le cas de la lectrice: les siens sont opposés à l’IVG. Nona lui conseille de se soustraire à l’autorité parentale.

Image 1 21
Instagram theothernwa

Avec Ozzy, le fils de sa meilleure amie.

Cette affaire survient alors qu'une vague anti-avortement s’est abattue sur les États-Unis, créant une grande tension sociale. Le mois dernier, la Géorgie, l’Alabama et le Missouri ont adopté des lois très restrictives. À l’instar de nombreuses Américaines, Nona Willis Aranowitz a manifesté sa colère, mais, du fait de son audience nationale, elle est devenue la nouvelle bête noire des chrétiens conservateurs.

Image 1
Nona Willis Aronowitz

Même pour Halloween, elle reste féministe.

Nona Willis Aranowitz est née et vit à New York. Ses parents sont des intellectuels. Sa mère, Ellen Willis, était journaliste et militante féministe. Son père, Stanley Aronowitz, est professeur de sociologie. Sa forte personnalité transparaissait déjà à l’uni, notamment à travers son travail de bachelor consacré aux films pornos des années 70 et à leur influence sur la révolution sexuelle et le féminisme.

Par la suite, elle a rédigé des articles sur le sexe, le genre, la politique et la pop culture pour le «New York Times», le «Washington Post», «Elle», «Playboy», «Vice» et de nombreux autres médias américains. Elle a aussi coécrit un livre, sous forme de road trip, avec une de ses amies, «Girl Drive: Crisscrossing America, Redefining Feminism».

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère