000_Par2189718
AFP

Au bonheur des rousses

par Emmanuel Coissy

8 FÉVRIER 2019

Culture

Une exposition parisienne se penche sur une couleur capillaire tantôt idolâtrée, tantôt abhorrée. On y trouve des toiles de grands peintres et des hommages à la créatrice Sonia Rykiel.

JEAN-PAUL-GAULTIER-CREATION-SPECIALE-POUR-SONIA-RYKIEL-2008-collection-privée-c-Jean-Paul-Gaultier
Jean-Paul Gaultier

Création spéciale de Jean-Paul Gaultier pour Sonia Rykiel, en 2008.

En 2008 lors du défilé mémorable qui célébrait les 40 ans de la maison de prêt-à-porter Sonia Rykiel, plusieurs créateurs amis (Gaultier, Margiela, Lacroix, Castelbajac) ont été invités à présenter chacun un look pour rendre hommage à la styliste. Tous ont conçu leur silhouette à partir de la crinière rousse de la reine du tricot, disparue en 2016. Sa couleur capillaire était constitutive de sa personnalité. La Parisienne l’écrivait elle-même: «Je suis née rousse. Rousse comme il n’est pas permis de l’être. Rousse sang, pas d’une couleur orangée très vive, mais d’un rouge flamboyant, un rouge rubis, un rouge hurlant.» Les croquis de mode «hommage» sont visibles depuis le 30 janvier dans le cadre d'une exposition originale, «Roux! – De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel».

JJ-HENNER-_-LA-COMTESSE-KESSLER-vers-1886
RMN - Grand Palais / Franck Raux

«La comtesse Kessler» (vers 1886), toile de Jean-Jacques Henner.

À Paris, le Musée national Jean-Jacques Henner, qui abrite cette manifestation, réunit un ensemble éclectique: des peintures, d’affiches, de photographies, de dessins, de films, notamment. Pourquoi ici? Parce que le peintre Jean-Jacques Henner (1829-1905) était fasciné par la rousseur. Nombre de ses portraits représentaient des roux. Sous son pinceau, même le Christ l’est devenu! A leurs côtés, on appréciera, entre autres, une toile de Renoir et des photographies de la photographe Geneviève Boutry.

L’exposition aborde aussi la dimension sulfureuse de cette couleur. Sa commissaire relève que, chez Baudelaire, elle est associée à la prostitution, à la pauvreté (lire le poème «À une mendiante rousse»), et que, chez Zola, le personnage de Nana roussit au gré de sa déchéance.

GENEVIEVE-BOUTRY-LES-TROIS-SOEURS-2009
Geneviève Boutry

«Les trois sœurs» (2009), photographie de Geneviève Boutry.

De là, on arrive naturellement au chapitre de la stigmatisation dont sont victimes les roux. Par exemple, avec «Poil de carotte», roman autobiographique de Jules Renard, qui narre les déboires d’un garçon objet de sévices. Dans un registre plus joyeux, on croise aussi des figures non conformistes telles que Spirou, Tintin, Peter Pan et Sarah Bernhardt.

«Roux! – De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel»

Exposition à voir jusqu’au 13 mai au Musée national Jean-Jacques Henner

Avenue de Villiers 43, Paris

Copie
Geneviève Boutry

«Lauriane» (2009), photographie de Geneviève Boutry.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère