menstruation apps facebook friday magazine.jpg
Unsplash/Persnickety Prints

Deux apps de suivi menstruel auraient livré des infos sur la vie sexuelle de leurs utilisatrices à Facebook

par Marie-Adèle Copin

10 SEPTEMBRE 2019

Health

Un rapport révèle que Maya et MIA Fem, deux applications permettant aux femmes de suivre leur période de menstruation, auraient fourni au réseau social des informations sur la vie sexuelle et la santé des utilisatrices.

Ta meilleure copine ne sait probablement pas quand tu as eu des relations sexuelles pour la dernière fois, mais Facebook, oui. Selon un rapport publié lundi de Privacy International, ONG britannique militant pour la protection de la vie privée, deux applications de suivi menstruel, MIA Fem et Maya, ont envoyé, sans doute vendu, des données sur la santé des utilisatrices au géant des réseaux sociaux.

Dans certains cas, ces détails, qui ont été enregistrés par les utilisatrices, concernent la date de leur dernière relation sexuelle, le type de contraception utilisée, leur humeur et leur éventuelle ovulation. Les femmes concernées enregistraient ces infos en pensant qu’elles resteraient confidentielles. Maya fédère plus de cinq millions de téléchargements sur le Google Play Store et MIA Fem compte plus de deux millions d’utilisatrices. Les applis les plus populaires telles que Clue et Flo n'ont pas été incriminées.

maya app cycle menstruel friday magazine .png
Capture d'écran App Store

L'utilisation commerciale des données privées

Selon Privacy International, «la compréhension de l’humeur des gens est un point de départ pour les manipuler». Les manipulateurs en question, ce sont les annonceurs, autrement dit, la publicité.

Les informations auraient été partagées avec Facebook via le kit de développement logiciel (SDK) de ce dernier, un produit permettant aux développeurs de créer des applications qui aident le réseau social à cibler ses utilisateurs avec des publicités spécifiques. Ainsi, si tu inscris dans ton appli de suivi menstruel que tu n’as pas tes règles ce mois-ci ou que tu es enceinte, tu verras sans doute des pubs pour des poussettes et des biberons fleurir sur Facebook.

La société mère de Maya, Plackal Tech, a nié cette information. Quant à MIA Fem, elle n’a pas fait de commentaire. En réponse aux conclusions du rapport, Facebook a déclaré qu’il interdisait aux développeurs d’applications de livrer des données clients sur la santé, les finances ou «d’autres catégories d’informations sensibles». L'entreprise a déclaré à BuzzFeed News qu'il avait pris contact avec les applications identifiées par Privacy International pour discuter d'éventuelles violations de ses conditions de service, y compris l'envoi de types d'informations sensibles interdites.

On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère