Accouchement
iStock

Un antidouleur pour remplacer la péridurale

par Eva Grau

24 AOÛT 2018

Health

D’après une nouvelle étude, le nombre d’anesthésies réalisées lors d’accouchements pourrait être divisé par deux. Comment? Grâce à l’injection, par intraveineuse, d’un analgésique aux futures mères.

C’est l’un des médicaments les plus décriés de ces dernières années: le fentanyl. Et pourtant, un dérivé de ce puissant antidouleur comme pourrait constituer une alternative «douce» à la péridurale, révèle une étude britannique parue dans la revue médicale «The Lancet».


Les futures mères qui se font injecter du rémifentanil (c’est le nom du dérivé) durant l’accouchement sont deux fois moins nombreuses à réclamer une anesthésie pour apaiser leurs douleurs, affirme l'équipe du Dr Matthew Wilson, de l'Université de Sheffield.


Bien que très largement utilisée pour soulager les douleurs liées à l’enfantement (en Suisse, on estime qu’environ 80 à 90% des femmes accouchant à l’hôpital ou en clinique y ont recours), l’anesthésie péridurale inquiète souvent les femmes enceintes car elle peut provoquer toute sorte d’effets secondaires: démangeaisons, tremblements, maux de tête ou encore contractions moins intenses nécessitant l’utilisation d’une ventouse ou d’un forceps pour sortir le bébé.


Exit, l'anesthésiste?


La localisation de cette anesthésie fait aussi peur. En effet, pour faire une péridurale, l’anesthésiste doit introduire un fin cathéter (petit tuyau souple) dans l’espace péridural qui se trouve dans la colonne vertébrale. De ce point de vue, le rémifentanil pourrait être une bonne alternative puisqu’il est administré par intraveineuse. Il présenterait un second avantage: il n’aurait a priori pas besoin d’être injecté par un anesthésiste, comme la péridurale. D'où des frais médicaux réduits.


Reste à savoir si le rémifentanil peut causer des effets secondaires aussi redoutables que ceux de la substance dont il est dérivé. Pour rappel, le fentanyl fait actuellement des ravages aux Etats-Unis, où il est accusé d’avoir rendu accro des milliers de personnes. Dans certains Etats, cette drogue tue désormais plus que l’héroïne qui est cinquante fois moins puissante, rappelle le site Slate.


On te suggère aussi...
As-tu aimé cet article?
  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère