Bild

D’où viennent les biscuits de Noël?

Paid Post

8 NOVEMBRE 2018

Food & Home

Les milanais, les bruns de Bâle, les biscuits à l’anis et les étoiles à la cannelle sont les biscuits les plus populaires en Suisse pour les Fêtes. Leur tradition remonte à presque 500 ans.

Commençons par une question qui devrait être facile: d'où viennent les milanais? La réponse n'est pas Milan, mais Bâle. On trouve en effet la première trace écrite de cette spécialité - comprenant aussi la recette -, dans un livre de cuisine datant de 1780. Les historiens pensent que les biscuits sablés de Lombardie ont inspiré le boulanger qui les a créées. Cependant, les versions italiennes contiennent des fruits confits et sont décorées avec des amandes.

Les origines du célèbre biscuit à l’anis remontent aussi au 18ème siècle, avec l’évolution de ce qu'on appelle le «Bauernmarzipan», le massepain de la ferme (à la place des amandes onéreuses, on utilisait de la farine blanche). C’est en effet vers 1710, lors d’un tour en bateau dans la région de Baden (AG), que le pâtissier-chercheur Max Curren a pour la première fois explicitement parlé du biscuit à l’anis. Le brun de Bâle, qui doit son nom à du chocolat en pâte, a aussi commencé à être dégusté par les Bâlois au 18ème siècle.

En revanche, le Zimtstern, l’étoile à la cannelle, était déjà connu au 16ème siècle. A cette époque, la cannelle était chère, c’est pourquoi seule la classe aisée pouvait s’en procurer. On comprend donc pourquoi la première source écrite à citer cette pâtisserie est le compte rendu d’une rencontre entre l'empereur Charles Quint et le cardinal Lorenzo Campeggio, en 1536, à Rome. Il aura fallu encore 200 ans avant que Monsieur et Madame Tout-le-monde puissent jouir aussi de ces délicieuses étoiles de Noël.

Ce contenu est un Paid Post de notre client FOOBY

Un Paid Post est un contenu publicitaire, identifié comme tel, fourni par nos clients ou rédigé par notre service Commercial Publishing sur mandat. Les Paid Posts sont de la publicité et ne peuvent pas être considérés comme des articles rédactionnels.