Erd

Le grill des Incas

Paid Post

19 JUILLET 2018

Food & Home

Le Pachamanca, un plat riche venant des entrailles de la terre est la nourriture préférée des Péruviens. Vous pouvez être sûr que vous n’avez jamais rien cuisiné d’aussi impressionnant.


En préambule, il faut savoir qu’un four en terre n'est pas pour les paresseux. Avant de pouvoir commencer la partie culinaire du travail, vous devez d'abord creuser un trou dans le sol. Ou alors vous avez des invités bien élevés pour le faire pour vous.


Dans le trou creusé, mettez d’abord une couche de pierres sur laquelle vous allumez un feu, puis vous attendez qu'il ne reste que du charbon de bois. Recouvrez alors le charbon et les pierres chaudes et incandescentes d'une couche de verdure - cela peut aller de l'herbe à la mousse. Maintenant, vous y déposez votre nourriture. Une autre couche de verdure et une toile de lin empêchent les aliments d'entrer en contact avec le sol. À la fin, vous couvrez le tout avec de la terre. C’est pourquoi l'ensemble s'appelle un four en terre.


Le charbon et les pierres fournissent suffisamment de chaleur pendant plusieurs heures. Un poulet entier a alors besoin d'environ cinq heures pour cuire dans ce four et du poisson environ 40 minutes. Et c’est grâce à la vapeur produite par la verdure que tout devient merveilleusement juteux.


Les Péruviens utilisent pour leur plat national, le Pachamanca, diverses viandes et légumes enroulés de feuilles de maïs et les font ainsi cuire lentement dans le four en terre. Les plus populaires sont l'agneau et le porc, et, le moins apprécié par les mangeurs européens, le cobaye géant des pays sud-américains, appelé plus communément le «Cuy». Haricots, carottes, épis de maïs et patates douces composent la partie végétarienne du Pachamanca. Le temps de cuisson varie en fonction de la taille des pièces, mais il faut généralement compter deux ou trois heures.


Au Pérou, le Pachamanca est si populaire qu'elle a été déclarée patrimoine culturel par l’Institut national de la culture. Il est de coutume de préparer le plat national pour un quartier entier ou pour plusieurs familles.


Avant d'être enveloppés, les ingrédients sont bien sûr assaisonnés. Cela se fait généralement avec des piments, du cumin, du sel et du poivre. D’ailleurs, dans la langue indienne quechua, «Pachamanca» ne signifie rien d'autre que «pot de terre». Ce plat archaïque, dont les racines remontent à la période inca, n'est pas servi sur une assiette «bon marché», mais traditionnellement dans un panier en raphia.

Ce contenu est un Paid Post de notre client FOOBY


Un Paid Post est un contenu publicitaire, identifié comme tel, fourni par nos clients ou rédigé par notre service Commercial Publishing sur mandat. Les Paid Posts sont de la publicité et ne peuvent pas être considérés comme des articles rédactionnels.