Header

L'étonnante métamorphose du personnel de cabine

Paid Post

28 SEPTEMBRE 2018

Life

Vous êtes-vous déjà demandé ce que font les agents de bord après l’atterrissage? Rejoignez-nous pour une visite virtuelle de Mascate avec un équipage de cabine de Swiss.

L

e soleil brille à Mascate, l’air est chaud et lourd. Une fontaine jaillit paisiblement, on perçoit le bruit du trafic au loin. L’équipage Swiss, avec lequel j’ai atterri à Mascate la veille au soir, arrive lentement sous l’ombre des palmiers.

Après qu’un bus nous a amenés de l’aéroport à l’hôtel, les membres de l’équipage, qui hier encore étaient tirés à quatre épingles dans leurs uniformes à la coupe parfaite, se sont transformés en des collègues normaux, qui se retrouvent après le vol pour prendre un verre et passer la journée en revue. Certains membres de l’équipage se connaissaient déjà avant ce vol, alors que d’autres viennent de se rencontrer. J’ai néanmoins l’impression d’être assise à table avec douze amis de longue date qui discutent ensemble, rient et s’amusent beaucoup.

Même maintenant, lorsque l’équipage est bien reposé et arrive à la piscine de l’hôtel, l’ambiance est détendue et joyeuse. Nous planifions une excursion commune et voulons visiter la célèbre mosquée du Sultan Qaboos, le palais du sultan et le souk d’Oman. Et bien que chaque membre de l’équipage puisse organiser son séjour lui-même ou simplement se détendre, tout le monde se joint au groupe avec enthousiasme. Mais avant tout, nous profitons du soleil, prenons le petit-déjeuner et échangeons des idées – y compris sur des choses personnelles. Et ce qui me touche le plus: beaucoup d’entre eux semblent avoir trouvé leur grand amour en travaillant au-dessus des nuages. Cela ne m’étonne pas, le personnel de cabine est si sympathique et chaleureux!

Nous nous changeons ensuite: à Mascate, les jambes et les épaules doivent être recouvertes. Et voilà, nous partons à la découverte de la ville. Un petit bus vient nous prendre à l’hôtel, le chauffeur porte le vêtement blanc traditionnel: la dishdasha. Nous n’avons qu’une journée pour découvrir Mascate, et je veux en voir le plus possible. Certains membres de l’équipage connaissent bien la ville: ils décrivent les Omanais comme des gens très hospitaliers et sont toujours ravis de venir ici. Et quand j’aperçois au loin le minaret de la mosquée du Sultan Qaboos qui culmine à une hauteur de 50 mètres, je soupçonne que ce n’est pas seulement à cause des habitants qu’ils aiment revenir ici.

Cette tour est imposante de loin, mais une fois que l’on s’en approche, elle devient de plus en plus impressionnante. Le sol devant le somptueux bâtiment est d’une propreté immaculée, à tel point que je peux y voir mon reflet! Nous nous promenons à travers le parc qui entoure la mosquée et faisons quelques photos. Alors qu’il commence à faire très chaud sous le soleil de midi, nous sommes impatients de retourner dans la fraîcheur du bus qui nous conduit vers le prochain site.

La magie de l’Orient

Sur le chemin, j’arrive à peine à détacher mon regard du paysage qui défile sous nos yeux. Mascate est située sur la côte, entourée de montagnes et de désert: ce sont ces contrastes qui rendent cette ville si fascinante. Le palais du sultan Al Alam surgit, entouré de hauts rochers: il se compose de plusieurs bâtiments, chacun étant une œuvre d’art en soi, et je me rends compte une fois de plus que les Omanais aiment l’extravagance. Cela fait aussi partie de leur culture qui me fascine de plus en plus.

Dans le souk de Muttrah, le marché traditionnel, nous plongeons encore plus au cœur de la magie du Moyen-Orient. Ce lieu a un effet enchanteur sur moi. Je suis immergée dans un tourbillon d’odeurs, de voix et de couleurs qui nous subjuguent littéralement. Sont proposés ici encens et épices, tissus colorés et bijoux en argent, pots, lampes, tapis. Nous nous laissons happer par la foule, nous nous perdons dans cet essaim pour nous retrouver – à notre grande surprise – devant l’entrée.

Nous avons totalement oublié le temps dans cette abondance d’impressions: d’une seconde à l’autre, le soleil se transforme en boule de feu rouge, disparaît derrière les dunes au loin – la nuit tombe sur Mascate. C’est bien trop vite que notre séjour dans ce lieu magique touche à sa fin. Pour les dernières heures avant le vol de retour, nous voulons nous laisser emporter une dernière fois par la culture orientale. Nous décidons donc d’aller manger dans un restaurant local avec une cuisine traditionnelle.

Après le souper, il est temps de penser à notre voyage de retour. Notre expérience au Moyen-Orient s’achève par un vol de nuit, avant lequel le personnel de cabine se retire pour se reposer. Ils regagnent leurs chambres comme des touristes normaux pour reparaître une heure plus tard, superchics et parfaitement habillés et coiffés. Avec leur uniforme, ils forment une unité qui, lors du briefing de l’équipage, prend en charge ses tâches pour le vol de manière parfaitement concentrée et organisée. Nous retournons vers l’aéroport et, alors que nous montons à bord de l’avion, je me demande où cet équipage va atterrir la prochaine fois: New York, São Paulo, Bangkok?

Mais comment sommes-nous venus jusqu’à Mascate? Lisez la première partie de notre reportage pour découvrir ce qui se passe dans les coulisses d’un vol Swiss.

Photos: Stevan Bukvic / Texte: Maya Bosshard

SWISS a besoin de vous!

SWISS cherche du personnel navigant et des pilotes! Venez vous présenter lors de l’un de nos castings et peut-être que vous volerez bientôt, vous aussi, autour du monde.

Vous trouverez plus d’informations sur ce métier et les possibilités de candidature sur: swiss.com/cabincrew ou swiss.com/cockpit

Et si vous souhaitez en savoir encore plus sur les métiers du personnel navigant et de pilote, vous pouvez vous rendre à l’une des séances d’information organisées par SWISS.

Ce contenu est un Paid Post de notre client SWISS.

Un Paid Post est un contenu publicitaire, identifié comme tel, fourni par nos clients ou rédigé par notre service Commercial Publishing sur mandat. Les Paid Posts sont de la publicité et ne peuvent pas être considérés comme des articles rédactionnels.