Clo

Pour elle, le chanvre est un régal

Paid Post

18 JUIN 2018

Food & Home

Rebecca Clopath transforme les plantes sauvages et les cultures presque oubliées en délices alpines. Cela impressionne même les grands de la scène culinaire.


Cuisinière de la nature, fée des petites herbes, artisane du goût - Rebecca Clopath a de nombreux surnoms. Et encore plus d'idées. Son prochain projet: un atelier sur le chanvre; les 23 et 24 juin à Coire. «Les graines de la plante, les soi-disant noix de chanvre, sont un aliment très savoureux et sain. Je veux aider à ce que cette plante revienne sur les devants de la scène», dit la Grisonne qui fait partie des huit membres fondateurs de l'Association des pionniers des Alpes et qui a travaillé pour un livre contenant douze recettes créatives avec du chanvre.


Elle aime rôtir les noix de la plante. «Elles ont un merveilleux goût, proche de celui des noisettes ou des noix.» On retrouve l’arôme du sarrasin, dans du pain ou dans des raviolis, dans un pesto ou une mousse aux graines de sésame. «Lors du cours, nous préparons aussi des crêpes de chanvre avec du beurre de caramel salé et une crème glacée de chanvre végétalien», précise la cuisinière qui, autrefois, fit sa formation chez Oskar Marti, un pionnier de la cuisine nature suisse, avant de se rediriger vers le célèbre Stefan Wiesner, aussi appelé «le sorcier de l’Entlebuch».


Bien sûr, Rebecca Clopath ne cuisine pas seulement du chanvre. «Il suffit de sortir se balader, on peut trouver beaucoup d'ingrédients», souligne-t-elle. «Les feuilles de dent de lion s’apprêtent en salades ou en pesto. Les tiges sautées minute se servent parfaitement comme des légumes.» L'artiste de la cuisine aime faire mijoter les orties avec un peu d’ail, avant de les manger comme des épinards. Elle utilise la sauge des prés comme base pour le thé.


Bien que la Grisonne travaille de manière indépendante, elle apprécie aussi beaucoup l'échange avec des collègues, comme le cuisiner Fabian Fuchs de Zurich Equi-table ou Silvio Germann de Igniv au Grand Resort Bad Ragaz. «C'est toujours une coopération qui me plaît beaucoup. Nous échangeons des informations et nous communiquons mutuellement de l'inspiration pour les nouveaux plats», raconte la grisonne, qui les invite régulièrement dans sa ferme, en guise de remerciement pour les cours de cuisine et autres Tavolatas.


Beaucoup de grands noms de la scène apprécient son travail, comme le prouve l'invitation qu’elle a reçue du chef Andreas Caminada au château de Schauenstein il y a deux ans. En plus du maître de maison on y retrouvait, entre autres, Norbert Niederkofler, le premier cuisinier du Tyrol du Sud à avoir reçu trois étoiles et Heinz Reitbauer de Vienne, qui est numéro 10 au classement officieux des 50 meilleurs restaurants du monde.

Butter

Ce contenu est un Paid Post de notre client FOOBY


Un Paid Post est un contenu publicitaire, identifié comme tel, fourni par nos clients ou rédigé par notre service Commercial Publishing sur mandat. Les Paid Posts sont de la publicité et ne peuvent pas être considérés comme des articles rédactionnels.