Les sept zones érogènes selon Monica Geller

Dans «Friends», Monica montre à Chandler (mais pas aux téléspectateurs) comment donner du plaisir à une femme. Valentina te livre la vérité sur l’orgasme qui jusque-là nous était cachée.

Par Valentina San Martin

Les sept zones érogènes selon Monica Geller
Image: Capture d'écran Youtube. La réplique est tirée de l'épisode 411: «The One With Phoebe's Uterus».
28 Janvier '18
retour +48 -52
28 Janvier '18
retour +48 -52

Depuis des années, je m’interroge sur cet épisode de «Friends», devenu culte. Celui où Monica explique à Chandler qu'il y a sept zones érogènes féminines. Chaque spot a un numéro correspondant, et elle cartographie différentes combinaisons qui pourraient potentiellement conduire au plaisir. Puis, elle se lance dans une explication que le téléspectateur ne peut voir: 1; 2; 1-2-3; 3;5; 4;3-2; 2; 2-4-6; 2-4-6; 4;2; 2; 4-7; 5;7; 6-7; 7-7-7-7-7-7-7-7-7-7! (Tu peux vérifier sur la vidéo ci-dessous, c’est totalement correct, au chiffre près).

Alors oui, la pénétration, c’est plutôt cool on est d’accord. Mais sache que pour prendre ton pied, les caresses peuvent également monter l'excitation et rendre le passage à l'acte encore plus incroyable, il suffit juste de les connaître. Sauf que la petite Monica, elle se contente de donner des chiffres sans expliquer qu'est-ce qui correspond à quoi. J'ai donc tenté de deviner à quelles parties du corps elle se référait.

  1. Les lèvres et la bouche

    Ca paraît si évidement qu’on l’oublierait presque. Pour ton information, selon ce rapport, beaucoup de femmes classent les lèvres et la bouche comme une zone fortement érogène. Et un bisou (avec la langue), UN!

  1. Les seins et les tétons

    Ah! Le merveilleux univers des boobs! Mais ils ne sont pas seulement là pour le spectacle, ils jouent également un rôle dans l'excitation sexuelle. Il s'avère que la stimulation des tétons déclenche un tumulte de réactions chimiques dans la même région du cerveau qui traite les sensations du clitoris et du vagin. Ceci explique cela! 

  1. Les oreilles

    Les oreilles sont très réceptives, probablement à cause du fait qu’on y trouve un grand nombre de terminaisons nerveuses #OwiTitilleMoiLeLobeBébé. On est toutes d’accord pour dire que se faire murmurer de petites phrases coquines, tout en se faisant mordiller les esgourdes, c’est plutôt kiffant nan?!

  1. La nuque

    La nuque mais également le dos sont très sensibles au toucher. D’ailleurs, une étude menée en 2005 a révélé que les femmes atteintes d'une lésion de la moelle épinière pouvaient être très excitées par la seule stimulation du cou. 

  1. Le vagin

    Evidemment, l'intérieur du vagin contient des terminaisons nerveuses qu’on peut stimuler grâce à une pénétration. Orgasme intense (presque) assuré donc (si c'est fait correctement bien entendu). D'autre part, les bords externes du vagin ont tendance à réagir aux caresses, même légères.

  1. Le col de l'utérus (ou cervix)

    Situé à l'extrémité inférieure de l'utérus, cette partie a ses propres voies nerveuses. En fait, certaines recherches montrent que le vagin, le clitoris et le col répondent tous séparément aux stimulis sexuels. Les nerfs dans le col de l'utérus sont très sensibles. Pour l'atteindre, pénétration profonde oblige. #LevretteTMTC.

  1. Le clitoris (what else?!)

    Le petit bouton magique, clé du paradis orgasmique, Mecque du plaisir! Tu l’auras compris, le clitoris est extrêmement sensible (coucou teeeeeeerminaisons neeeeerveussssses!). Une recherche affirme que stimuler le clitoris est le moyen le plus rapide et le plus facile pour de nombreuses femmes d’atteindre l'orgasme.

Finalement, comme c’est en toute bonne foi subjective que j’écris cet article, je tiens tout de même à proposer ma version chiffrée, ma combinaison secrète qui mène où nous kiffons toutes aller (seule ou à plusieurs, enfin, à plusieurs c’est plus sympathique quoi): 1;1-2;2;1;3;4-1-4-1;4-3-4;5-1;5;6;5;7;6-7;5;6-7 7-7-7-7-7-7-7-7-7!

Exclusivité mondiale: le dessin de Monica Geller.

Image: Valentina San Martin

comments powered by Disqus

A lire aussi