«Si tu es infidèle, ne sois pas en couple, imbécile!»

Tout le monde peut être cocu, un jour ou l'autre. Si certaines pardonnent, notre rédactrice Marie Hettich, nous explique pourquoi, chez elle, ça ne passe pas.

Par Marie Hettich

«Si tu es infidèle, ne sois pas en couple, imbécile!»
Image: istock Pourquoi ne pas être un peu plus discipliné et beaucoup moins égoïste en amour?
18 Janvier '18
retour +83 -82
18 Janvier '18
retour +83 -82

C'était le printemps et j'avais 15 ans. Mes deux meilleures copines et moi avions décidé de passer nos vacances d’été en Espagne, à Lloret del Mar pour être précise. Danser avec des beaux mecs et boire comme des trous, soirs après soirs, c’était à peu près notre programme. Le voyage avait été prévu des mois à l’avance. Et puis, à la dernière minute, j’ai dû annuler: je venais de me mettre en couple.

Pour moi, c’était évident: m’engager avec quelqu’un voulait dire «exclusivité». Donc hors de question de me jeter dans l’antre de la tentation. De toute façon, dans ma tête, c'était clair: si l’envie d’aller voir ailleurs se manifestait, eh bien, il me faudrait mettre un terme à la relation.

Quand rien de va plus

Maintenant que je suis plus âgée et que j'ai de l'expérience, je sais que, dans la vie rien, rien n’est tout noir ou tout blanc. On est plutôt en zone grise. Les relations sont quelque chose de compliqué. Rompre avec quelqu’un, ça prend du temps et ça n’est jamais facile. Les raisons, elles, peuvent être multiples: la routine, le manque d’attention, les intérêts divergents et j’en passe...

Personnellement, je n’ai jamais fauté. Et même si parfois j’ai lancé un regard à un autre homme, j’ai toujours été honnête avec mon partenaire et surtout avec moi-même. En fait, je ne comprends pas comment il pourrait en être autrement. Et même si c'était pour un coup extraordinaire, j'imagine que, le lendemain matin, ma culpabilité serait insoutenable. A ce moment-là, il y deux solutions. Soit on n’assume pas et on décide de tout garder pour soi. Ou alors on se confesse. On sait qu’on va blesser la personne qu’on aime et que peut-être elle ne nous regardera plus de la même façon. Ou même plus du tout dans le pire des cas. Heureusement, je n'ai jamais eu affaire à ce genre de situation.

Le fameux «J’étais bourré.»

A mon avis, les mecs qui trompent leur conjoint ne sont pas des libertins ou des hippies en quête de liberté. Ce sont des faibles et des lâches. En d’autres termes, ils n’ont pas de couilles. Ils sont opportunistes parce qu'ils s'arrogent le droit d'avoir une relation confortable tout en jouissant de quelques aventures. Ils avancent dans la vie comme si c'était une partie de plaisir permanente où rien ne prêterait à conséquences. Tout ce qui compte pour eux, c’est l'assouvissement de leur plaisir. Franchement, je n’ai qu’une chose à dire à ce genre d’individus: en tant qu'adulte, vous devriez savoir faire preuve de plus de discipline surtout si cela implique une personne qui compte à vos yeux!

Et puis, les excuses minables en guise de justifications, ça suffit! «Ma copine ne fait plus attention à moi.», «J'étais ivre.», «Je ne suis pas heureux dans ma relation» et mon préféré: «Je ne suis pas fait pour les relations exclusives.». Alors, ne sois pas monogame, imbécile!

Comme l’explique Alain de Botton dans son livre «Aussi longtemps que dure l’amour», si l’amour était une pomme, il faudrait choisir. Soit croquer tous les jours des fruits différents, mais pas toujours mûrs, soit s’habituer au goût parfois un peu fade d’une seule et unique pomme. C'est aussi simple que ça.

comments powered by Disqus

A lire aussi