Détournement du sexisme

Dans sa série «In a Parallel Universe», le photographe Eli Rezkallah reprend des spots publicitaires vintage et échange les rôles homme-femme. Friday lui a posé quelques questions.

Par Valentina San Martin

Détournement du sexisme
Image: Eli Rezkallah, produced by Plastik Studios 2018
18 Janvier '18
retour +10 -10
18 Janvier '18
retour +10 -10

La ménagère des années 1950, est devenue une image archétypale. Excellente cuisinière, bonne mère, épouse pleine d’attentions, coquette à souhait, élégante et bien coiffée en toute situation. Cette représentation machiste a largement été répandue dans la publicité de l’époque. Eli Rezkallah, 32 ans, photographe et fondateur du Plastik Magazine s’en est inspiré et a imaginé la série «In a Parallel Universe». Il recréé les mêmes clichés au détail près avec une seule différence toutefois: il échange les positions de l'homme et de la femme. Il vit entre le Liban et les Etats-Unis.

Image: Eli Rezkallah, produced by Plastik Studios 2018

Image: Eli Rezkallah, produced by Plastik Studios 2018

Libanais, originaire de Beyrouth, il explique que l’idée lui est venue durant un repas de famille. «C'était à Thanksgiving. J’écoutais mes oncles discuter du rôle de la femme. Pour eux, sa place est à la cuisine. Elle doit d'occuper du foyer et des enfants.»

C’est là qu’il décide de réagir. Il produit des clichés drôles et percutants, histoire de leur répondre. «De toute évidence, à l'époque, le monde des publicités n’avait pas peur de dépeindre les femmes d’une telle façon: une petite ménagère soumise à son mari. C'est le genre de choses qui a contribué au fait que certaines personnes ne croient toujours pas à l'égalité des sexes, même aujourd’hui», confie-t-il. Et même si les mentalités ont passablement changées, Eli en est persuadé: «On a encore du pain du la planche!»

Image: Eli Rezkallah, produced by Plastik Studios 2018

L'artiste veut ébranler les mentalité. «Je veux pouvoir exprimer mes pensées mes émotions à travers mon travail, j’espère toucher les gens et j’aimerais que mes photos soient sources de débats». Quant à la famille d'Eli, elle est très fière de lui. Tout le monde l’encourage et apprécie son œuvre. Même ses oncles. C’est dire...

comments powered by Disqus

A lire aussi