Le make-up, c'est pas drôle

Cette semaine, Blake Lively s’est affichée le visage maquillé sur Instagram. Dans la légende du post, elle prétend (non sans humour) qu’elle est au naturel. Agacés, les internautes se déchaînent.

Par Valentina San Martin

Le make-up, c'est pas drôle
Image: Instagram blakelively L'actrice assume totalement son côté girly sur les réseaux sociaux.
04 Janvier '18
retour +26 -46
04 Janvier '18
retour +26 -46

C’était il y a trois jours. La star de «Gossip Girl» a publié un cliché d’elle datant de l’époque de la série (ci-dessous). En légende, elle explique: «juste un petit selfie #sansmaquillage pour terminer l’année. #2007 #aunaturel». Semblant se cantonner au premier degré, ses followers ont crié au scandale.

Just a little #makeupfree selfie to round out the year. #2007 #aunaturale 😳

A post shared by Blake Lively (@blakelively) on

Stop! On rembobine, on respire et on analyse. Premièrement, entre son mascara, son teint trop parfait, ses joues et ses lèvres rosées, évidemment que l'actrice porte du maquillage. Deuxièmement, il ne s’agit pas d’un selfie mais d’un shooting  effectué par des professionnels. Troisièmement, avec ces indices flagrants, il paraît clair que Blake était en mode ironie, cette figure de style qui consiste à dire le contraire de ce qu’on veut faire entendre...

Malheureusement, tout le monde n'a pas le sens de l’humour de l’actrice. Elle a vu son post inondé de commentaires plus perspicaces les uns que les autres (attention: ironie spotted ici). «Ma fille, je t'adore, mais non. Tu portes TELLEMENT de maquillage», peut-on par exemple lire. Bon, il y a aussi eu des gens qui ont compris la blagounette. Dieu merci. Eh oui, elle est plutôt marrante Blake. Pour la peine, voici quelques autres photos rigolotes de la star.

(P.-S. Aucun être humain ou animal n'a été blessé durant ces prises)

...today at the office.

A post shared by Blake Lively (@blakelively) on

Everyone thinks I was inspired by the princesses. If they only knew...

A post shared by Blake Lively (@blakelively) on

comments powered by Disqus

A lire aussi