Eldorado des tacos

Taqueria est un nouveau restaurant spécialiste de la cuisine mexicaine et il vient d’ouvrir à Genève. Marie-Adèle est allée partager des petits plats avec elle-même.

Par Marie-Adèle Copin

Eldorado des tacos
Image: Marie-Adèle Copin Le premier jour à midi, le resto affichait pratiquement complet.
16 Décembre '17
retour +28 -26
16 Décembre '17
retour +28 -26

Impossible de rater la devanture de ce restaurant des Eaux-Vives. Deux gigantesques «calavera» (têtes de mort mexicaines) sont peintes sur les vitres. Forcément, ça interpelle. Taqueria est une nouvelle adresse spécialisée dans le taco. Stoooop! Je t’arrête tout de suite. Rien à voir avec ce qu’on trouve dans les boîtes jaunes des supermarchés (même s’il y a de l’ambiance, ce ne sont pas des tacos). «C’est vrai que les gens confondent souvent mais cette spécialité n’a rien de croustillant», me confirme Anthony, l’un des trois associés. La faute également à Apple pour qui l’émoji taco, est une galette déshydratée. Donc, que les choses soient claires: On parle d’une pâte fraîche de farine de maïs ou de blé.

Maintenant que j’ai révisé mes bases, je peux profiter du cadre qui sent bon le soleil. Il y en a partout! Des bougeoirs, des catcheurs mexicains sous cloches, des têtes de mort (encore) et des cactus. «Nous avons tout amené du Mexique, des tables aux bibelots en passant par les luminaires et même les verres.» Dépaysement assuré.

Image: Marie-Adèle Copin

La carte est un mélange de tacos (entre 6 et 7 francs) et de quesadillas (entre 4 et 7 fr. 50), des tacos avec du fromage fondu. Je ne connais rien à la cuisine mexicaine mais je veux tout goûter. Anthony me décrit tous les plats qui sont écrits en espagnol: Ensalada de nopales (salade de cactus), guacamole et ses totopos (chips typiquement mexicaines), taco barbacoa (du bœuf aux épices), ou le célèbre mole (du poulet mariné dans une sauce au cacao et aux épices). «Ce plat-là, soit les gens aiment, soit ils détestent.» Perso, je n'ai pas aimé, j'ai adoré. L'histoire du chocolat me faisait un peu peur mais en fait, c'est doux sans être sucré. Il faut aussi goûter au Carnitas (de l'épaule de porc effilochée, cuite pendant plusieurs heures dans un mélange d'épices).

La salade de cactus est servie avec des haricots rouges, de la feta et de l'avocat.

Image: Marie-Adèle Copin

Tout est fait maison et ça se sent. Les chips sont particulièrement bonnes parce que pas trop grasses et j'ai un petit faible pour les crêpes de maïs. Ah oui! Important. Évite d’aller en date Tinder dans ce resto parce qu’on mange avec les doigts et les sorties de route de sauce sont possibles. Certes, il y a des couverts mais c’est tellement plus jouissif d’enrouler la pâte autour de cette généreuse garniture et de mordre dedans à pleine dents. 

À droite, le fameux mole avec la crêpe de maïs.

Image: Marie-Adèle Copin

Je recommande de prendre deux entrées et deux plats si l’on décide de se laisser tenter par une douceur. Le Tres Leches est peut-être la meilleure surprise de la carte des desserts. Ce gâteau traditionnel est une brioche imbibée de trois laits. C’est moelleux et assez sucré. Trop sucré? Après trois bouchées, j'ai reposé ma cuillère, mais danger... C'est addictif. J’ai finalement tout fini.

Taqueria

Rue de Montchoisy 17, Genève

Les parts sont généreuses. Un dessert pour deux suffit amplement. 

Image: Marie-Adèle Copin

Image: Marie-Adèle Copin

Image: Marie-Adèle Copin

Le bar possède une belle collection de tequila et de mezcal. Oui, ils font des cocktails.

Image: Marie-Adèle Copin

Au sous-sol, la Vierge Marie veille sur les toilettes.

Image: Marie-Adèle Copin

Il y a même un jardin de cactus.

Image: Marie-Adèle Copin

comments powered by Disqus

A lire aussi