Amour des vergetures

Dans sa dernière campagne, la griffe de vêtements Missguided a mis en scène neuf femmes aux formes marquées de vergetures. Une initiative body positive qui nous pousse à accepter nos petits défauts.

Par Valentina San Martin

Amour des vergetures
Image: Instagram missguided Noire, blanche, fine ou ronde, elles ont toutes tapé la pose.
15 Décembre '17
retour +85 -46
15 Décembre '17
retour +85 -46

Missguided est l’une des marques qui pèse de plus en plus dans l’industrie de la mode des 16-35 ans. Dernièrement, le label britannique a frappé fort en lancant la campagne #MakeYourMark: un appel à l’acceptation de soi, de ses imperfections et de la diversité au féminin.

Pour l’occasion, Missguided a fait poser neuf femmes, des mannequins, des activistes body positive, des influenceuses, ou encore des artistes et les a invitées à parler de leur corps, mais aussi et surtout de solidarité entre nanas dans des capsules vidéo de lancement.

Felicity Hayward, modèle et activiste confie: «On fait l’expérience de tellement de choses en tant que femme, de par nos corps comme de par notre santé mentale, nous sommes des créatures incroyables.» Quant au mannequin Emily Bador, elle résume parfaitement le message de la campagne: «Prendre le pouvoir au féminin, ça veut dire apprécier et encourager toutes les femmes, tout le temps.»

Image: Missguided

Alors que les idéaux féministes et le mouvement body positive prennent de plus en plus d’ampleur, il semblerait que Photoshop et les complexes qu’il génère chez tant de femme, ne soit plus vraiment le bienvenu dans l’industrie fashion. La marque déclare d’ailleurs sur son site: «On s'est investies d'une mission: vous inspirer, (...) vous permettre de vous aimer vous-même, pour vous-même, à assumer vos "défauts" et à ne pas chercher à atteindre ce que d'autres appellent perfection. (...). Ce qu’on aime c’est la puissance des femmes, alors on veut vous voir être vous-mêmes, célébrer ce qui vous rend unique, et laisser votre marque!» Rien à dire, chez Friday on adhère, on adore!

comments powered by Disqus

A lire aussi