Le trouple fait son coming out

Un reportage fait le buzz: il est consacré à des bisexuels new-yorkais, qui vivent une histoire d’amour à trois. Ils parlent de leur vie et dévoilent leur intimité.

Par Emmanuel Coissy

Le trouple fait son coming out
Image: Barcroft Media (De g. à dr.) Matt, Chris et Cait devant l'immeuble où ils vivent.
23 Novembre '17
retour +40 -52
23 Novembre '17
retour +40 -52

Depuis lundi, Barcroft TV fascine le web avec une vidéo diffusée sur YouTube (voir ci-dessous). Cette annonce pour un reportage a été relayée par de nombreux sites d’information. La société de production britannique nous fait découvrir l’intimité d’un trouple de bisexuels new-yorkais. Un trouple? Ce néologisme est la contraction des mots «trois» et «couple». Cait Earnest, 28 ans, Chris Brandt, 38 ans, et Matthew Brandt, 28 ans, vivent une histoire d’amour sous un même toit.

Soyons clair: il ne s’agit pas de polygamie. Les amants ont d'ailleurs créé un compte Instagram, Thruplelove, où ils exposent leur mode de vie, à l’instar de n’importe quels amoureux. Leur histoire remonte au 19 novembre 2014. Le trio vient donc de célébrer son troisième anniversaire.

2 + 1 = 3

A l’origine, Matt et Chris formaient un couple gay depuis huit ans. Un jour, Chris a fait la connaissance de Cait sur une app de rencontres puis l’a présentée à son copain. L'union triangulaire était scellée. «Je n’avais jamais eu de relation avec plusieurs personnes en même temps, explique Cait au «New York Post». En fait, je ressens des choses différentes pour chacun des deux et je peux assurer que notre activité sexuelle est vraiment fun.» «Matthew n’avait jamais eu d’expérience hétéro, raconte Chris au «Sun». Pour ma part, j’étais déjà bi avant de le connaître.»

L'union triangulaire est gravée dans leur peau.

Image: Barcroft Media

Les deux garçons se sont mariés en septembre 2015 et portent le même patronyme depuis. La cérémonie laïque s’est déroulée sur l’île de Saint-Lucie, aux Antilles, et c’est Cait qui a uni ceux qu’elle appelle ses copains («boyfriends»). Elle vit ouvertement cette situation. «Même mon grand-père est au courant. Il m’a demandé si je comptais avoir un bébé. Je pense qu’avoir trois parents est la meilleure chose qui puisse arriver à un enfant. Mais, pour le moment, ce n’est pas au programme chez nous. Nous avons deux chiens et ça nous suffit.»

Avoir des enfants (ou pas)

Dans le reportage, Cait, Matt et Chris évoquent, bien sûr, la jalousie, une source potentielle de discorde. Cette question se pose aussi chez Adam Lyons, 36 ans, Brooke Shedd, 28 ans, et Jane Shalakhova, 27 ans. La presse britannique a abondamment parlé de ce trouple, composé d’un homme et deux femmes. Ils vivent à Austin (Texas) mais, eux, élèvent trois enfants. L'une des concubines en a eu deux, l'autre vient d'en avoir un. Lors d’une apparition dans un talk-show en mai dernier, ils ont affirmé leur droit à vivre normalement, comme tout le monde. Eux aussi estiment que ce schéma parental est idéal pour leur progéniture.

Naviguer en eaux trouples

Les trouples sont devenus un sujet médiatique au début des années 2010. A cette époque-là, on voyait presque toujours des homosexuels (trois gays, le plus souvent, ou trois lesbiennes, parfois). En 2012, «Têtu» avait, par exemple, consacré un excellent dossier à ce thème, malheureusement il n'est plus disponible sur le site du magazine LGBT. Les bisexuels ont attendu quelques années de plus pour sortir du placard. Sans doute, est-ce le signe d'un climat social qui leur est plus favorable.

comments powered by Disqus

A lire aussi