Ministère du hygge

Le Fiskebar est un nouveau restaurant, à Genève, spécialisé dans le poisson et les fruits de mer. L'esprit scandinave flotte entre les murs et parfume l'assiette. Emmanuel a été séduit.

Par Emmanuel Coissy

Ministère du hygge
Image: Emmanuel Coissy Du bois, de la céramique et du velours... Ici, tout concourt au confort.
18 Novembre '17
retour +15 -21
18 Novembre '17
retour +15 -21

La bise noire balaie la Rade. Je pousse les hautes portes vitrées du Fiskebar où je me réfugie. Quel bonheur! Il fait chaud et le cadre est beau. Ce restaurant genevois, flambant neuf, a été inauguré à la mi-septembre dans la foulée du relooking complet de l’Hôtel de la Paix, qui l’abrite.

C’est un peu un ovni. Son look se démarque du reste du cinq-étoiles. Normal: l’établissement a fait appel à un bureau d’architectes qui ne s’est occupé que de lui. Excellente idée! J’aime, par exemple, l’installation en céramique qui habille le mur en bois. Ce bois dont les nervures ressemblent à des cicatrices. J’aime aussi l’élégance des sièges et leur confort. Tout respire le bon goût scandinave. Bienvenue au ministère du hygge!

Image: Emmanuel Coissy

Business lunch. Il est midi et demi. Je meurs de faim. A travers la vitre, j’aperçois le jeune homme avec qui j’ai rendez-vous. Il est en retard et il fume sur le trottoir. Je hais le tabagisme. Mais il est sympathique, il lui suffit d’apparaître pour que mon agacement s’estompe.

Cling! «Santé!» Un verre à la main, nous examinons la carte. C’est un festival aquatique. Maquereau mariné, truite pêchée dans un fjord, araignée de mer, aile de raie et homard entier. Nous allons nous régaler. Re-cling!

Araignée de mer, chili et sabayon.

Image: Ritz-Carlton Hôtel de la Paix

«Pourquoi ai-je dit ça?» Au moment où je m’entends annoncer le choix du plat principal, je réalise que j’ai fait une erreur. Enorme. Qu’est-ce qui m’a pris de commander du pigeon chez un spécialiste du poisson? Mystère! Mon goût pour la contradiction, sans doute…

L’entrée est exquise. Des ormeaux et des oursins s’encanaillent avec des morceaux de courge (40fr.). La présentation est réussie. Les quantités sont mesurées. Le Fiskebar se positionne dans le registre gastro. Mon vis-à-vis se délecte. Il a opté pour le maquereau mariné (23fr.). Puis vient le tour du pigeon, cuit au sang, accompagné de châtaignes et de topinambours (58fr.). On jongle avec les thèmes automnaux. L’exécution est impeccable. Tout comme l’accord mets-vins.

Pour le dessert nous tanguons entre un sorbet à la carotte et un granité au céleri. Finir sur la fraîcheur: bon point. Juste avant de partir, nous allons jeter un coup d’œil au bar adjacent, qui dépend du restaurant. Il est superbe. Je m’imagine en train de déguster un cocktail. Hélas, il n’est que 14 heures et je dois retourner au bureau.

Je reviendrai!

Fiskebar

Quai du Mont-Blanc 11, Genève

Image: Emmanuel Coissy

Saumon fumé maison, pickles et caviar Keta. 

Image: Ritz-Carlton Hôtel de la Paix

Image: Emmanuel Coissy

Image: Emmanuel Coissy

Image: Emmanuel Coissy

Image: Emmanuel Coissy

A lire aussi