Terry a été banni

Terry Richardson, star de la photo de mode, ne peut plus travailler pour les publications de Condé Nast («Vogue», «Vanity Fair», «Glamour»). Il a souvent été accusé de harcèlement sexuel.

Par Emmanuel Coissy

Terry a été banni
Image: Getty L'Américain, âgé de 52 ans, est une grande figure du monde de la mode.
24 Octobre '17
retour +34 -37
24 Octobre '17
retour +34 -37

Le «Telegraph» a balancé l’info hier. Terry Richardson, l’un des plus célèbres photographes de mode ne peut plus bosser pour Condé Nast, éditeur de prestigieux magazines féminins. Le quotidien britannique s’est procuré un mail de James Woolhouse, vice-président du groupe, envoyé lundi matin à tous les directeurs des filiales dans le monde.

@graciehartzel 🔥🔥

A post shared by Terry Richardson (@terryrichardson) on

«Je vous écris à propos d’un sujet important. Condé Nast ne travaille plus avec le photographe Terry Richardson. Tous les shootings qui lui ont été commandés et qui n’ont pas été publiés doivent être liquidés et substitués par d'autres reportages.» La décision est entrée en vigueur immédiatement. Parmi les titres appartenant à ce géant, citons toutes les éditions de «Vogue», «Vanity Fair», «Harper’s Bazaar», «Glamour», «GQ», «AD», «W», etc. Que du lourd!

L'Américain, âgé de 52 ans, s’est illustré par ses mises en scène porno chic où la nudité est dévoilée crûment.

@slickwoods #outtake 😍😍😍😍😍

A post shared by Terry Richardson (@terryrichardson) on

Pourquoi le photographe a-t-il été sanctionné? Cela tient sans doute au contexte actuel où, à la suite de l’affaire Harvey Weinstein, des femmes, dans le monde entier, dénoncent publiquement des actes de harcèlements sexuels. Terry Richardson a plusieurs fois été accusé de tels comportements pour obtenir les faveurs de jeunes femmes, mannequins pour la plupart. Il leur aurait proposé un shooting pour «Vogue» en échange d’un rapport sexuel.

On peut naturellement saluer la décision légitime de l'éditeur. Mais il faut aussi relever son opportunisme. La situation était connue de tous depuis longtemps. Profiter des #BalanceTonPorc et autres #MeToo de l'automne 2017 pour évincer Richardson, cela ressemble surtout à du marketing.

 

A lire aussi