L’amour et la vie d’une femme

Anne Wiazemsky est morte hier. Actrice et écrivaine, elle laisse notamment derrière elle deux romans qui ont marqué la jeunesse d’aujourd’hui. Leur adaptation au cinéma, «Le redoutable», est actuellement en salles.

Par Emmanuel Coissy

L’amour et la vie d’une femme
Image: Farabola/leemage/AFP En 1968, Anne est actrice et elle est mariée au célèbre cinéaste Jean-Luc Godard.
06 Octobre '17
retour +8 -21
06 Octobre '17
retour +8 -21

J’ai dévoré «Un an après» en une seule nuit. Ce roman autobiographie d’Anne Wiazemsky, paru en 2015, est un crépuscule. Il raconte la désagrégation d’un couple. Celui de l’auteure, qui était actrice à ce moment, et de Jean-Luc Godard, durant le soulèvement de Mai 68. Ce livre m’a subjugué par sa justesse. Bien sûr, il évoque avec fougue une époque en quête de sens et de liberté. Il narre aussi, vue au plus près (c’est un témoignage de première main), un pan de la carrière d’un des plus grands cinéastes du XXe siècle. Mais ce n’est pas ce qui m’a tenu en haleine au fil des pages.

Image: Farabola/leemage/AFP

En fait, ce qui m’a le plus touché, c’est la manière dont une femme au soir de sa vie dissèque l’amour qui fut le sien alors qu’elle avait 19 ans. Anne Wiazemsky, 70 ans, est morte hier des suites d’un cancer. Elle nous laisse, entre autres, ces deux romans que j’adore. Celui mentionné plus haut et «Une année studieuse», best-seller qui détaille la passion naissante entre la jeune femme et le réalisateur phare de la Nouvelle Vague. Je me souviens avoir ressenti, grâce aux mots de la narratrice, ses émois. 50 ans après les faits, le livre sorti en 2012 transmettait intacts les sentiments d’Anne à peine sortie de l’adolescence.

«Le redoutable» a été présenté cette année à Cannes. L'auteure (à g.) avec Stacy Martin, qui joue son rôle, et Louis Garrel.

Image: AFP

Il faut lire ces romans parce qu’il parle à toutes les femmes. Elles se reconnaîtront. Il faut lire ces romans parce que le film de Michel Hazanavicius, «Le Redoutable» qui est leur adaptation, fait l’impasse sur l’intérêt de cette histoire, l’amour, au profit d’un biopic de Godard. Le long métrage a été présenté, en mai à Cannes. C’est amusant de se dire que son action se déroule (en partie) l’année où la grand-messe cinématographique a été annulée en raison des bouleversements qui agitaient la France. On peut aller voir cette évocation, qui passe en ce moment au cinéma. Ensuite, on aura tout intérêt à retourner à la source.

  • Image: Gallimard

        

  • Image: Gallimard

       

  • Image: Gallimard

       

  1. Slide 1

A lire aussi