Féminisme bien encré

Le tatouage «GRL PWR» est le signe de ralliement des filles qui se battent contre le sexisme.

Par Emmanuel Coissy

Féminisme bien encré
Image: Instagram Vrais et faux tattoos s’affichent sur Instagram.
30 Août '17
retour +6 -31
30 Août '17
retour +6 -31

Dans les années 1990, Madonna, Britney Spears, les Destiny’s Child et les Spice Girls étaient les porte-voix du Girl Power. Ce mouvement féministe a été un phénomène culturel qui allait au-delà de la seule revendication de l’égalité des sexes: on affirmait que le pouvoir pouvait être détenu par une femme.

Il revient, aujourd’hui, sur le devant de la scène. Il ne se manifeste plus avec des mots mais avec des images. Depuis quelques mois, on voit fleurir sur les réseaux sociaux des photos d’un tatouage reproduisant les lettres «GRL PWR», qui sont, en fait, l’abréviation de Girl Power.

Image: Instagram

Selon le site Refinery29, à New York, les adeptes se ruent dans les salons. Lalo Yunda, tatoueur à Brooklyn, le constate: «Je reçois beaucoup de femmes. Elles ne veulent pas d’un motif floral ni d’un truc girly merdique. Elles veulent un symbole permanent de leur engagement.»

Le média américain a rencontré une cliente qui assure que le graphisme de cette inscription est aussi un atout: «C’est vraiment esthétique. Mais ce n’est pas tout. Pour moi, cela revêt une importance capitale. Surtout depuis qu’un macho comme Donald Trump occupe la présidence. Dès son élection, j’ai su qu’il fallait que ce message figure sur ma peau.»

Image: Instagram

Le tattoo se décline aussi en version éphémère et en slogan imprimé sur des fringues. A l’époque, le Girl Power première génération avait influencé l’industrie de la mode. C’est toujours d’actualité en 2017. En janvier, pour son premier défilé en tant que directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri a présenté un T-shirt avec la mention «We should all be feminists» (Nous devrions tous être féministes).

A lire aussi